Harcèlement sexuel : l’initiatrice du mouvement #balancetonporc, Sandra Muller, condamnée pour "diffamation"

Sandra Muller et son avocat, Me Francis Szpiner, à la sortie du tribunal correctionnel, le 25 septembre 2019.
Sandra Muller et son avocat, Me Francis Szpiner, à la sortie du tribunal correctionnel, le 25 septembre 2019. (RAYMOND ALBOUY / FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

En 2017, elle avait donné le nom sur les réseaux sociaux d'un homme qu'elle accusait de harcèlement sexuel. Son avocat a annoncé faire appel de la décision. 

L’initiatrice du mouvement #balancetonporc, Sandra Muller, a été condamnée par le tribunal correctionnel de Paris ce mercredi 25 septembre pour "diffamation" a appris franceinfo par l'avocat de la défense, Me Francis Szpiner qui a d'ores et déjà annoncé faire appel de la décision. 

La journaliste écope de 15 000 euros de dommages et intérêts et 5 000 euros pour le remboursement des frais de procédure, a précisé l’avocate d’Éric Brion, Marie Burguburu contactée par franceinfo.

Une condamnation "hors sol" pour l'avocat de Sandra Muller

En octobre 2017, Sandra Muller avait donné sur les réseaux sociaux le nom de celui qu’elle accuse d’harcèlement sexuel lors d’une soirée cannoise en 2012.Il s'agissait d'Éric Brion qui était alors directeur général de la chaîne de télévision Équidia.

Son défenseur juge la décision du tribunal "hors sol" : "Sandra Muller, lorsqu’elle fait ce tweet, est une inconnue. Pourquoi le compte d’une inconnue ayant un nombre de followers limités à pris cette ampleur. S'il a pris cette ampleur, c’est qu’il a trouvé une résonnance chez de nombreuses femmes", assure Me Francis Szpiner.

On aurait voulu que les femmes se taisent, on ne s’y serait pas pris autrement.Me Francis Szpinerà franceinfo

Il s’agit d’une "condamnation extravagante" et "hors du temps", a dénoncé Me Francis Spziner. 

L’avocat de Sandra Muller compare cette condamnation à 20 000 euros de dommages et intérêts à la condamnation "des policiers qui ont violé la touriste canadienne". Ces policiers ont été condamnés à 7 ans d'emprisonnement et à verser conjointement 20 000 euros de dommages et intérêts.

Sandra Muller dénonce une "justice baîllon"

"Si on supprime la liberté de parole, c’est une régression et c’est une régression au mouvement formidable", a indiqué de son côté Sandra Muller. Elle se dit "déçue" mais "déterminée" et demande "aux femmes de continuer à se battre".

"La justice française pour l’instant a appliqué ce que monsieur Brion voulait, c’est-à-dire une justice bâillon. On a voulu me faire taire. Quand j’ai voulu écrire mon livre j’étais déjà sous le coup d’une procédure. Il a fallu que je coupe énormément de passages, mais j’ai tenu bon. Et le passage dans #balancetonporc où j’explique en détails ce qui s’est passé, il est là et il est clair", a affirmé Sandra Muller.

Si monsieur Brion m’avait dit : 'Tu as de beaux cheveux, de beaux yeux et j’aimerais bien qu’on aille au cinéma', vous ne seriez pas là.Sandra Muller

'TLà, ce sont les attributs sexuels qui ont été visés. Tu as des gros seins, ce n’est pas du as de beaux seins. Faut que je fasse quoi une réduction mammaire pour ne pas attirer l’attention ?", s'interroge-t-elle.

Vous êtes à nouveau en ligne