Cet article date de plus d'un an.

Calvados : l'ancien directeur de l'IUFM de Caen condamné à 15 mois de prison avec sursis pour harcèlement moral

Des agents ont notamment dénoncé soit une surcharge de travail, soit au contraire l'absence totale de tâches à réaliser, ou encore des remarques racistes et sexistes.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Le tribunal de Caen a condamné, jeudi 30 juillet, l'ancien directeur de l'IUFM de Caen (Calvados), Stanislas Hommet, à 15 mois de prison avec sursis pour harcèlement moral sur 10 collaborateurs et étudiants, rapporte France Bleu Normandie. Il devra verser 2 000 euros à l'Université de Caen pour préjudice moral et préjudice de réputation. En revanche, il a été relaxé sur le volet harcèlement sexuel.

Sur les 13 personnes qui l'accusaient de harcèlement moral ou sexuel, 10 ont été reconnues comme victimes par la justice. Lors du procès, le mois dernier, elles avaient défilé à la barre. Deux agentes administratives ont dénoncé leur surcharge de travail ou au contraire l'absence totale de tâches à réaliser, les remarques racistes et sexistes sur leur vie personnelle. Une professeure de musique a raconté que le directeur disait aux élèves que les enseignants étaient des "pignoufs". Une étudiante a relaté les emails sexuels reçus.

Stanislas Hommet a reconnu des maladresses, se disant profondément désolé et expliquant n'avoir pas été formé pour un poste de direction. Il affirme avoir désormais honte d'avoir envoyé des messages à caractère sexuel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences sexuelles