Marseille : la lettre d'adieu d'un poilu remise à sa famille un siècle plus tard

Plus d'un siècle après, la lettre du sergent Jean Soulagnes, un poilu de 24 ans s'apprêtant à partir au combat, a refait surface dans le butin d'un recéleur de Marseille (Bouches-du-Rhône). Celle-ci a été remise à son arrière-petit-neveu ce vendredi 23 février au matin.

Clara, 9 ans, redonne vie aux mots de son ancêtre, un poilu du nom de Jean Soulagnes. Dans cette lettre poignante datée du 27 mai 1915, il s'adresse à son meilleur ami avant de monter au front. Ce courrier a été découvert à Marseille (Bouches-du-Rhône) lors d'une perquisition. Émus, les policiers lancent un appel sur Twitter. Un message relayé plus de 4 000 fois ; des dizaines de généalogistes amateurs se mobilisent. Ils identifient un descendant du poilu en Bourgogne en quelques jours.

Un travail conjoint entre la police et les internautes

Enquête résolue ce vendredi 23 février au matin. La lettre a été remise à l'arrière-petit-neveu du sergent. Jean Soulagnes est mort au combat, dans le Pas-de-Calais, moins de deux semaines après avoir écrit son ultime courrier. Depuis, son nom a aussi été retrouvé sur un monument de Marseille. La police et les internautes ont permis à cette famille de remonter le temps et d'honorer son courageux ancêtre, mort pour la France à 24 ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne