Pouvoir d'achat : Emmanuel Macron répond aux habitants à Charleville-Mézières

En duplex depuis Charleville-Mézières (Ardennes), où Emmanuel Macron se trouve mercredi 7 novembre, la journaliste Anne Bourse revient sur les attentes que les habitants de la commune ont signifiées au chef de l'État, notamment en matière de pouvoir d'achat.

Le président poursuit son déplacement dans les régions à l'occasion du centenaire de la Grande Guerre. Mercredi 7 novembre, Emmanuel Macron est à Charleville-Mézières (Ardennes), où le Conseil des ministres a d'ailleurs été délocalisé. Ce déplacement doit permettre de reconquérir les Français, mais sur le terrain, le chef de l'État continue de faire face aux mécontentements. "Encore une fois, Emmanuel Macron a été interpellé mercredi matin, toujours sur le même sujet : le pouvoir d'achat. Le président de la République explique à chaque fois sa politique, ses choix, dit entendre les gens qui râlent, mais dit qu'il tiendra bon. En se rendant au chevet des villes qui souffrent, c'est aussi cette dimension sociale que veut donner le chef de l'État à ce périple", explique la journaliste Anne Bourse, en duplex sur place.

Les motifs de colère sont nombreux

"Charleville-Mézières est le symbole de ces villes moyennes frappées depuis des années par la crise industrielle. Une opération reconquête des territoires, alors que les relations entre le gouvernement et les collectivités locales restent très tendues. Il faudra encore du temps et en faire beaucoup, tant ces zones rurales multiplient les motifs de colère, dont le dernier en date est le prix des carburants. Pour le chef de l'État, qui ne parvient pas à se défaire de son image de président des villes et des privilégiés, la route est encore longue pour reconquérir les habitants des zones périphériques et rurales", conclut-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne