Mémoire : "Les écrivains peuvent faire entendre les bruits"

FRANCE 3

Jean-Marie Laclavetine est à l’origine de l’ouvrage "Armistice", qui donne la parole à une trentaine d’écrivains au sujet de la Première Guerre mondiale. Il est invité sur le plateau du Soir 3.

La fin de la Première Guerre mondiale a été actée le 11 novembre 1918. Cent ans plus tard, le sujet intéresse toujours. Jean-Marie Laclavetine est à l’origine de l’ouvrage "Armistice". L’éditeur, romancier et nouvelliste souhaitait donner la parole aux écrivains, afin de décrire la Grande Guerre. "Ce que je voulais donner à voir à travers ce recueil (…) c’est : quel peut-être aujourd’hui l’écho que nous recevons encore des bombardements de Verdun (Meuse) ? Essayer de le faire entendre par la voix des écrivains, c’est autre chose que par la voix des historiens. Ces derniers occupent une place essentielle et irremplaçable, mais les écrivains peuvent faire sentir, entendre les bruits. Il y a un texte par exemple d’Alain Borer dans ce recueil, qui fait littéralement entendre le bruit des obus qui éclatent".

"Faire entendre des voix différentes"

Accompagnés par des gravures et des estampes de l’époque, les textes ne sont pas tous écrits par des hommes de lettres issus de l’Hexagone. "L’idée était de faire entendre des voix extrêmement différentes et surtout des voix venues, pas seulement d’écrivains français, mais aussi internationaux. Il fallait évidemment qu’il y ait des Allemands, des Anglais et il y a aussi un Japonais, une Rwandaise et un Algérien".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne