Grève des routiers dimanche soir en France

(Le péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines, sur l'A10, devrait être concerné par les blocages des routiers dimanche soir. Photo d'illustration © Maxppp)

Les routiers vont bloquer dimanche soir une cinquantaine de sites en France. Raffineries, usines, voire aéroports. Une grève reconductible pour réclamer de meilleurs salaires.

Une intersyndicale de chauffeurs routiers, CGT / FO / CFTC et CFE-CGC, appelle à faire grève ce dimanche à partir de 22h00. Un mouvement pour une hausse des salaires de 5%, quand les employeurs proposent eux 1 à 2%.

"Après deux années blanches", les propositions du patronat sont "indécentes", explique Jérôme Vérité, secrétaire général de la fédération transports de la CGT
--'--
--'--

Un contexte sécuritaire particulier

Cette action prévue de longue date, avait été décidée mi-décembre après une première négociation infructueuse avec le patronat. Mais après les attentats à Paris la semaine dernière, "on s’est posé la question de savoir si on allait faire l’action dimanche soir ou pas ", explique sur France info Patrice Clos, secrétaire général de FO-Transports. Mais "à partir du moment " où les auteurs des attentats ont été neutralisés, "la question se pose moins parce qu’il faut quand même continuer à vivre et continuer à faire ce qu’on doit faire ", poursuit-il.

 

"Ne pas trop perturber"

Les blocages de dimanche auront donc bien lieu, même si la France est toujours en alerte attentat, le plus haut niveau de  Vigipirate. "Il est clair qu’il faut aussi faire attention de ne pas trop perturber. Les forces de l’ordre ont un travail certain à faire à côté pour protéger la population. Donc on essaie d’être le plus vigilants et de mener une action où il n’y a pas besoin que les forces de l’ordre interviennent ", assure Thierry Douine, président de la Fédération transports de la CFTC.

 

Des dizaines de sites bloqués 

Les routiers sont en relation avec les préfectures depuis plusieurs jours déjà. Ils leur ont signalé les lieux de leurs actions. En tout, "une dizaine de régions sont couvertes ", indiqué la CFTC Transports. Le marché de Rungis, près de Paris où le péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines, sur l'A10, où passent chaque heure un millier de camions, devraient être concernés, de même que des sites autour de Roissy et des grandes villes de province.

Le but des syndicats c'est de bloquer l'activité de leurs employeurs en attendant la prochaine négociation avec les représentants du patronat qui aura lieu mardi.

►►► EN VIDEONicolas Paulissen (FNTR) : "Les demandes des routiers sont hors de portée"

Les routiers en grève à partir de dimanche soir. Le reportage de Jean Saint-Marc
--'--
--'--
Vous êtes à nouveau en ligne