Focus sur l'Outre-Mer 70 ans après la départementalisation

(© Radio France / Sandrine Etoa)

Le 19 mars 1946, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane et la Réunion sont devenues des départements français. 70 ans après cette départementalisation, portée notamment par Aimé Césaire, des inégalité persistent, surtout économiques. Dans les Outre-Mers, plus de la moitié des jeunes actifs sont quasiment exclus de l’emploi.

1946-2016... 70 ans ont passé entre le premier empire colonial français et le projet de loi sur l’égalité réelle. Après l’égalité civique, après l’abolition de l’esclavage en 1848, la départementalisation vise l’égalité sociale avec différentes réformes portées dans les années 90. Pourtant aujourd'hui, des inégalités persistent et notamment économiques. Illustration en Martinique et en Guadeloupe.

La révolte de 2009 laisse un goût amer

Sept ans après la révolte sociale de 2009, les grèves et les mouvements contre la vie chère, la déception des Guadeloupéens, et de la jeunesse notamment, est palpable.

Le reportage de Sandrine Etoa-Andegue sur le marché de nuit du Gosier en Guadeloupe
--'--
--'--
(Christelle, 33 ans, vend aujourd'hui des glaces. Victime du chômage, elle fait partie des nombreux déçus de l'après 2009 © Radio France / Sandrine Etoa)

Le sucre, fléau de la santé publique

Trois ans après la loi sur la qualité de l'offre alimentaire en Outre-Mer dite "loi Lurel sur le sucre" (adoptée en 2013 après qu'un médecin a constaté que, dans les sodas et produits laitiers, les taux de sucre étaient de 30 à 40% plus élevés), les taux de sucre dans les DOM-TOM sont-ils similaires à ceux de la métropole ?

La loi sur le sucre est-elle appliquée ? Le reportage de Sandrine Etoa-Andegue, envoyée spéciale de France Info en Guadeloupe et en Martinique
--'--
--'--
(La "loi Lurel sur le sucre" a été adoptée en 2013 après qu'un médecin a constaté que dans les sodas et produits laitiers, les taux de sucre étaient de 30% à 40% plus élevés. Ici au marché de nuit du Gosier © Radio France / Sandrine Etoa)

Le chômage reste un fléau en Guadeloupe

Dans les Outre-Mers, plus de la moitié des jeunes actifs sont quasiment exclus de l’emploi. Portraits croisés de jeunes Guadeloupéens sans emploi qui veulent s'en sortir.

 

Outre-Mer : la moitié des jeunes au chômage. Le reportage de l'envoyée spéciale de France Info, Sandrine Etoa-Andegue
--'--
--'--
 

(Amélie Tintin (centre), travailleuse sociale en Guadeloupe, avec Garry (g) et Cédric (d), deux jeunes touchés par le chômage © Radio France / Sandrine Etoa)

Qui sont les indépendantistes en Martinique ?

Le président de la nouvelle collectivité territoriale (région et département)  Alfred Marie-Jeanne est un indépendantiste. Quel rapport entre discours politique et réalité alors que l’électorat s’est toujours prononcé contre davantage d’autonomie ?

(Alfred Marie-Jeanne, président de la collectivité territoriale de Martinique © Radio France / Sandrine Etoa)

Génération Gwo ka

C'est un pan de la culture et de l’identité guadeloupéenne qui a été reconnu comme élément du patrimoine immatériel de l’Unesco en 2014. Ce genre musical, qui combine à la fois le rythme de tambours les "ka" et de la danse, est hérité des Africains déportés aux Antilles et soumis à l'esclavage. La jeune génération s’y intéresse de plus en plus. 

 

(Initiation au Gwo ka au Mémorial ACTe de Pointe-à-Pitre © Radio France / Sandrine Etoa)