VIDEO. Violences conjugales : "1 000 bracelets" anti-rapprochement déployés en France d'ici la fin de l'année, selon la ministre Élisabeth Moreno

FRANCEINTER / RADIOFRANCE

Le bracelet avertit la police en temps réel qu'un homme visé par une mesure d'éloignement tente d'entrer en contact avec son ex-compagne. Il est en test dans cinq juridictions depuis septembre.

"Notre détermination, c'est de faire en sorte qu'à la fin de cette année, 1 000 bracelets (anti-rapprochement) soient déployés sur tous les territoires" pour lutter contre les violences conjugales, a indiqué Élisabeth Moreno, ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, invitée mardi 13 octobre de France Inter"Notre intention, c'est de faire en sorte qu'à la fin de l'année, il soit déployé sur l'ensemble du territoire français", a confirmé la ministre, alors que le bracelet anti-rapprochement est en test dans cinq juridictions depuis septembre.

Dès le mois de novembre nous irons sur les territoires ultramarins, nous allons étendre ça dans une trentaine d'autres juridictions.

Élisabeth Moreno, ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes

à France Inter

"Je peux vous dire que notre détermination, c'est de faire en sorte qu'à la fin de cette année, 1.000 bracelets soient déployés sur tous les territoires et que les femmes se sentent protégées et qu'elles n'aient pas systématiquement la peur au ventre de voir leur agresseur s'approcher du domicile ou de l'école", assure la ministre. 

15 centres de traitements pour les hommes

Pour éviter que les agresseurs ne recommencent et ne s'en prennent à d'autres femmes, Élisabeth Moreno annonce "l'ouverture de 15 centres pour traiter les agresseurs, socialement, psychologiquement. On sait que 38% d'entre eux sont sous addiction d'alcool, de drogue etc. Les traiter, c'est aussi une manière de réduire ces féminicides".

En 2019, 146 femmes ont été tuées par leur compagnon ou ex, un niveau qui n'avait pas été atteint depuis 2012.

Vous êtes à nouveau en ligne