"Une victime de violences conjugales, comment vous l’imaginez ?" : la police municipale formée à mieux identifier, écouter et orienter les victimes

Une formation de policiers municipaux à la bonne prise en charge des victimes de violences conjugales, dans les Yvelines.
Une formation de policiers municipaux à la bonne prise en charge des victimes de violences conjugales, dans les Yvelines. (GAELE JOLY / RADIO FRANCE)

Dans les Yvelines, la police nationale et la gendarmerie délivrent des formations à leurs collègues de la police municipale, souvent les premiers alertés des cas de violences conjugales.

"Une victime de violences conjugales concrètement, comment vous l’imaginez ?", demande Fabienne Boulard, responsable de formation à la police nationale. Triste, avec des bleus, décoiffée ? Et si elle se présente toute maquillée, souriante, en nous déclarant des atrocités ?"... En France, une femme est tuée tous les deux jours sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint. Le gouvernement a annoncé un plan pour prévenir ces violences et mieux protéger les victimes. Ainsi, dans les Yvelines, la police nationale et la gendarmerie délivrent des formations à leurs collègues de la police municipale, souvent les premiers alertés.

Face à Fabienne Boulard, les policiers municipaux n'en perdent pas une miette. Des victimes, ils en croisent sur le terrain, mais encore faut-il apprendre à les identifier, les écouter. "Ça m’est déjà arrivé plusieurs fois d’intervenir sur des différends ou des violences conjugales, et on n’avait pas tous les outils, explique Yannick le Goff, Brigadier Chef à la police municipale de Guyancourt. Peut-être que les erreurs c’était de ne pas retranscrire directement les termes exacts de la victime. On arrange un peu l’audition avec nos propres mots", reconnaît-il.

Savoir écouter et orienter les victimes

Après avoir abordé l’emprise, vient la question du recueil de la parole lors des auditions. "Ce qu'il faut absolument éviter de dire à la victime, poursuit Virginie Redureau, de la brigade de protection des familles à la gendarmerie nationale, c'est que 'c’est pas si grave'. Non ! On ne peut pas dire ça. Ce sont des violences et c’est interdit par la loi. Point."

Ecouter les victimes, mais aussi les orienter. C'est le plus dur, estime Wilfried Thevenost, directeur de la police municipale de Chambourcy : "Vous intervenez dans une tour, parce qu’on vous appelle pour tapage nocturne. Vu l’ambiance, vous comprenez effectivement qu’on n’est pas sur du tapage classique, mais sur des violences intrafamiliales. Sauf que la personne supposée être victime de ces violences vous dit que tout va bien. Et ne pas avoir toutes ces informations, savoir à qui passer le relais, eh bien on dit on s’en va."

Une hausse du nombre de plaintes

Avec le Grenelle sur les violences conjugales, les formation de ce type se multiplient auprès des forces de l'ordre et visiblement ça paie. "J’ai l’impression que ça marche oui, parce qu’on a quand même des retours, de temps en temps de la part des victimes qui se sentent mieux comprises. Déjà rien que ça c’est pari gagné", explique Virginie Redureau. 

a fait qu’il y a eu beaucoup plus de dépôts de plaintes, ajoute Fabienne Boulard. Est ce que ça veut dire qu’il y a eu plus de faits ou que les paroles se libèrent ? En tout cas, oui, il y a de plus en plus de plaintes." Et effectivement, à l'échelle nationale, on note une forte augmentation des violences intrafamiliales +8 % par rapport a 2018.

Formation sur la prise en charge des violences conjugales : le reportage de Gaële Joly.
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne