Féminicides

Le ministère de l'Intérieur a recensé 121 féminicides pour toute l'année 2018, soit un tous les trois jours. Pour lutter contre le fléau des violences faites aux femmes, le gouvernement lance, mardi 3 septembre, à Matignon un "Grenelle" que les associations et proches de victimes de féminicides espèrent voir déboucher sur des mesures immédiates et des moyens accrus.

Plusieurs dispositifs sont inscrits dans la loi pour protéger les femmes des violences conjugales.  
Testé dès 2009 en Seine-Saint-Denis et à Strasbourg, le téléphone grave danger a été introduit dans la loi en 2014.

Muni d'une unique touche permettant d'appeler les secours, cet appareil est octroyé pour six mois renouvelables aux femmes victimes de violences conjugales qui en font la demande. Une fois enclenché, il permet une intervention rapide des forces de l'ordre.

En 2018, les téléphones grave danger ont permis 420 interventions, contre 282 en 2017. Ils restent peu utilisés: au 31 décembre 2018, 837 de ces téléphones étaient déployés (756 en métropole, 71 en outre-mer). La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, avait affiché début juillet sa volonté de développer le recours à ce dispositif.

Prévu par la loi en France depuis février 2017, le "dispositif électronique de protection anti-rapprochement" (DEPAR) n'a encore jamais été testé en France, malgré les demandes répétées de la juridiction de Pontoise (Val-d'Oise) pour une expérimentation. Composé d'un bracelet électronique permettant de géolocaliser l'ex-conjoint violent et d'un boîtier dont est munie la victime, ce dispositif permet à cette dernière d'être informée si son ex-compagnon s'approche. Si ce dernier pénètre dans une "zone interdite", une alarme se déclenche automatiquement et permet l'intervention des forces de l'ordre.

Enfin, la mesure d'accompagnement protégé (MAP) permet, lors d'un droit de visite, à une femme victime de violences de confier son enfant à une tierce personne, qui le remet ensuite à l'ex-conjoint violent, évitant ainsi les contacts entre les parents. Inscrite dans la loi du 9 juillet 2010 sur les violences faites spécifiquement aux femmes, la MAP a été appliquée par le tribunal de Bobigny à partir de 2012 mais n'est encore que peu utilisée dans les autres juridictions.

plus
Rue Bisson dans le XXe arrondissement de Paris.

Paris : une enquête ouverte pour homicide volontaire après la découverte des corps de deux femmes dans un appartement du 20e arrondissement

Wissenbourg (Bas-Rhin).

Bas-Rhin : interpellation d'un homme soupçonné de féminicide

VIDEO. Violences conjugales : retour sur 45 ans de législation

VIDEO. Violences conjugales : retour sur 45 ans de législation

Le bracelet anti-rapprochement, un espoir pour des milliers de victimes de violences conjugales.

Bracelet anti-rapprochement : un espoir réel pour les femmes victimes de violences conjugales

80% des plaintes pour violences conjugales sont classées sans suite. Comment optimiser l\'efficacité des procédures ? France 2 a mené l\'enquête. 

Violences faites aux femmes : un bracelet contre les conjoints violents

Un bracelet anti rapprochement pour luter contre les féminicides et violences conjugales. Photo d\'illustration.

Bracelet anti-rapprochement : un dispositif complémentaire qui pourrait aider "au respect des contrôles judiciaires", selon la Fédération nationale solidarité femmes

Des femmes manifestent contre les féminicides, le 6 septembre 2019 à Nantes (Loire-Atlantique).

Violences faites aux femmes : mise en circulation du bracelet anti-rapprochement

Un bracelet anti-rapprochement, le 1er février 2010, à Paris.

Violences conjugales : comment fonctionne le bracelet anti-rapprochement, expérimenté en France à partir de demain ?

Des femmes manifestent contre les féminicides, le 6 septembre 2019 à Nantes (Loire-Atlantique).

Violences conjugales : les premiers bracelets anti-rapprochement vont pouvoir être distribués

Harcèlement de rue : comment lutter contre les agressions ?

Des militantes du collectif Collages Féminicides dénoncent l\'augmentation des violences faites aux femmes pendant le confinement, le 11 mai 2020 à Paris. 

Féminisme : retour sur ces mouvements qui dénoncent agressions et injustices

Nantes (Loire-Atlantique).

Adolescente violée et tuée à Nantes : "Aucun manquement" dans le suivi du suspect, selon le ministère de la Justice

Maurice Patrac a été condamné à 27 ans de réclusion criminelle par la cour d\'assises de l\'Aude.

Féminicide dans l'Aude : 27 ans de prison pour le compagnon de Natacha

Marche des familles de victimes de feminicide, le 3 septembre 2019 à Paris.

Grenelle contre les violences conjugales : un an après, les associations se demandent "où ont été créées les 1 000 places d'hébergement"

Le tableau d\'accueil confidentialité affiché à l\'entrée du commissariat du Mans.

Violences faites aux femmes : au commissariat du Mans, un code couleur pour améliorer la prise en charge

Les Colleuses installent un mémorial à Paris en l\'honneur des victimes de féminicides.

Féminicides : les colleuses installent un mémorial en l'honneur des victimes

VIDEO. Féminicides : en 2019, 146 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex

VIDEO. Féminicides : en 2019, 146 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex

Marlène Schiappa, alors Secrétaire d\'État auprès du Premier ministre, chargée de l\'Égalité entre les femmes et les hommes, le 25 novembre 2019, au ministère de l\'Intérieur, à Paris. 

Lutte contre les violences faites aux femmes : un rapport critique sévèrement l'action du gouvernement et son tour de "passe-passe" budgétaire

Le député Les Républicains du Lot Aurélien Pradié, le 9 juin 2020 à Paris.

Violences conjugales : "Il y a des mots forts et des actes faibles", dénonce le député LR Aurélien Pradié

Un collage photographié le 9 novembre 2019 porte de Clichy dans le 17e arrondissement à Paris, initié par le mouvement féministe de Marguerite Stern. 

Féminicides : 146 femmes ont été tuées en 2019

Des manifestantes lors de la marche #NousToutes contre les violences sexistes et sexuelles, le 23 novembre 2019 à Paris.

Violences : les féminicides en hausse de 21% en 2019

Féminicides : 146 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2019

Féminicides : 146 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2019

Une écoutante de la plate-forme téléphonique du 3919, numéro d\'appel unique destiné aux femmes victimes de violences conjugales.

Rapport sur les violences conjugales : la Fédération nationale solidarité femmes appelle à "renforcer l'ensemble des dispositifs spécialisés"

146 femmes et 27 hommes ont été tués au sein de leur couple en 2019. Photo d\'illustration.

Violences conjugales : 146 femmes ont été tuées au sein de leur couple en 2019, 25 de plus qu'en 2018

Une affiche contre les féminicides dans les rues de Paris.

Violences conjugales : "La communication ne suffit pas", pour NousToutes, qui dénonce le "manque de politiques publiques ambitieuses"

Chevilly-Larue (Val-de-Marne). 

Val-de-Marne : une femme poignardée à mort par son mari

Les membres du collectif disent être de plus en plus pris à partie lors des opérations collage.

"Il faut mettre ça sur les murs pour que les femmes soient entendues" : un an après le début du mouvement, les opérations de collage contre les féminicides continuent

À Ecatepec au Mexique, l’orphelinat San Martin de Porres recueille des mineurs victimes de maltraitance. Mais à cause de la pandémie, il est dans une situation critique. 

Mexique : un orphelinat en difficulté suite à l'épidémie de Covid-19

80% des plaintes pour violences conjugales sont classées sans suite. Comment optimiser l\'efficacité des procédures ? France 2 a mené l\'enquête. 

Violences conjugales : une plateforme pour briser le silence

29 400 appels ont été passés au 3919 en avril, trois fois plus que les mois précédents.

Violences intrafamiliales : 45 000 appels passés au 3919 pendant le confinement

123456789

Vous êtes à nouveau en ligne