VIDEO. "Vincent Lambert ne peut ni réagir, ni manifester une réaction"

Pour Bernard Devalois, le chef de service de l'unité de soins palliatifs de l'hôpital de Pontoise (Val-d'Oise), faire croire que le trentenaire tétraplégique est conscient est une contrevérité scientifique. 

Pour Bernard Devalois, il s'agit clairement d'une manipulation. Le chef de service de l'unité de soins palliatifs de l'hôpital de Pontoise (Val-d'Oise), et expert du Comité consultatif national d’éthique, a visionné la vidéo diffusée le 9 juin par le Comité de soutien à Vincent Lambert. Interrogé par France 2, il explique que ces images ne remettent pas en question le diagnostic des médecins : le trentenaire tétraplégique est bien dans un état végétatif chronique et son cerveau ne lui permet plus d'intégrer d'information :"Il ne peut ni entendre, ni manifester une réaction à une stimulation extérieure."

Aucune corrélation entre les stimulations et les réactions

"Toutes ces manifestations, comme les clignements des yeux, la déglutition de la salive, le mouvement pendulaire des yeux, sont des mouvements qu'il effectue à plusieurs reprises dans la journée et quelle que soit la stimulation." Dans la vidéo, on peut notamment voir son frère le regarder dans les yeux, ou encore une personne approcher un téléphone avec la mère de Vincent Lambert au bout du fil. Pour cet expert, il n'y a aucune corrélation possible entre les stimulations que l'on peut voir dans cette vidéo, et les réactions du jeune homme.

Pour Bernard Devalois, cette vidéo est un "montage", "une mise en scène", "une manipulation". "On aurait pu lui réciter le bottin, et dire qu'il entend et manifeste une réaction", explique-t-il. Il s'agit, selon lui, d'une technique déjà utilisée par les militants pro-life pour "essayer de faire croire que quelqu'un qui n'a plus de cerveau n'est pas malade et que tout va bien."

Vous êtes à nouveau en ligne