"Une souffrance pour tout le monde" : les militants Les Républicains partagés sur l'affaire Vincent Lambert

François-Xavier Bellamy, le 25 avril 2019, devant le Medef (illustration).
François-Xavier Bellamy, le 25 avril 2019, devant le Medef (illustration). (ERIC PIERMONT / AFP)

En meeting à Villeurbanne (Rhône) mardi 21 mai, François-Xavier Bellamy n'a pas évoqué l'affaire Vincent Lambert. Les militants sont partagés sur la question.

En meeting à Villeurbanne (Rhône) mardi 21 mai, François-Xavier Bellamy et Laurent Wauquiez n'ont pas dit un mot sur l'affaire Vincent Lambert. Proche des catholiques conservateurs, François-Xavier Bellamy (tête de liste LR aux européennes) soutient la position des parents du tétraplégique. Quant aux militants, ils sont partagés sur la question.

Je pense que c'est utilisé politiquement pour promouvoir l'euthanasie. Dans tous les cas ça reste une souffrance pour tout le monde.une militante LR, à Villeurbanne à franceinfo

Les militants ne sont pas tous d'accord. Pour l'un d'entre eux, "il faut absolument respecter l'avis de l'ONU" sur la question. Pour une autre, "ce n'est pas parce qu'on a un handicap qu'on n'a pas le droit de vivre. On devrait tous être autour de Vincent Lambert". Mais d'autres personnes présentes à ce meeting organisé cinq jours avant le scrutin européen se déclarent plutôt favorables à l'arrêt des soins.

Il faut arrêter les soins de Vincent Lambert. Dix ans c'est beaucoup trop !un militant LR, à Villeurbanneà franceinfo

La loi sur la fin de vie (adoptée en 2005) porte le nom de Jean Léonetti, le numéro deux du parti Les Républicains. De nombreux militants ont loué sa sagesse : "Si la loi Léonetti est bien appliquée ça se passe très bien", déclare une militante à Villeurbanne. "Je pense qu'il faut aborder l'affaire Vincent Lambert plutôt personnellement que politiquement", confie un autre militant. Conclusion de ces militants Les Républicains : "On est partagés mais pas divisés".

Vous êtes à nouveau en ligne