Affaire Vincent Lambert : le médecin annonce à la famille l'arrêt des traitements la semaine du 20 mai

Le dossier Vincent Lambert, en janvier 2019.
Le dossier Vincent Lambert, en janvier 2019. (MAXPPP)

Le Conseil d'Etat a validé fin avril la décision médicale d'interrompre les traitements de cet homme, en état végétatif depuis dix ans.

Le médecin traitant de Vincent Lambert a annoncé à la famille l'interruption des traitements de cet homme tétraplégique, hospitalisé à Reims, en état végétatif depuis dix ans. Les avocats des parents du patient, dont le cas est devenu le symbole du débat sur la fin de vie en France, l'ont confirmé à l'AFP, samedi 11 mai.

"Le docteur Sanchez, du CHU de Reims, vient d'annoncer" vendredi "à la famille de Vincent Lambert qu'il mettrait sa décision du 9 avril 2018 à exécution la semaine du 20 mai 2019, sans autre précision", ont indiqué les avocats dans un communiqué transmis à l'AFP. Le 24 avril, le Conseil d'Etat avait validé la décision médicale d'interrompre les traitements de M. Lambert. Et la Cour européenne des droits de l'Homme a ouvert la voie à cet arrêt des soins, en rejetant la demande de suspension de la décision du Conseil d'Etat.

Les avocats des parents annoncent de nouveaux recours

Mais le Comité international des droits des personnes handicapées de l'ONU, saisi par les parents de Vincent Lambert, a demandé à la France de surseoir à toute décision d'arrêt, le temps d'instruire ce dossier sur le fond. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a rétorqué que la France répondrait à la demande du comité de l'ONU, mais qu'elle n'était pas tenue légalement de la respecter.

Selon les avocats des parents de Vincent Lambert, cette annonce de l'arrêt des soins se fait donc "en violation délibérée des engagements internationaux de la France et du droit international"  : "La France crache sur les engagements internationaux qu'elle a validement ratifiés, elle crache à la figure de l'ONU et elle crache surtout sur Vincent Lambert", a affirmé Me Jérôme Triomphe sur franceinfo. Il a annoncé qu'ils allait "engager un certain nombre de recours", sans préciser lequels. "Nous allons nous battre, a-t-il poursuivi. Nous saisissons les juridictions compétentes."

Vous êtes à nouveau en ligne