Affaire Vincent Lambert : la justice ordonne la reprise des soins

France 3

Alors que l'arrêt des soins de Vincent Lambert a été programmé lundi 20 mai, la Cour d'appel de Paris a ordonné aux médecins du CHU de Reims (Marne) de relancer les machines maintenant en vie le patient, hospitalisé dans un état végétatif depuis 2008.

Nouveau rebondissement dans l'épineuse affaire Vincent Lambert. Après une première journée d'arrêt des traitements du patient, tétraplégique et alité dans un état végétatif profond, la Cour d'appel de Paris a ordonné la reprise des soins. Une décision prise suite à la demande d'une procédure d'urgence de référé déposée par la défense des proches de Vincent Lambert. C'est une Viviane Lambert soulagée qui s'est présentée au CHU de Reims (Marne) : "Vincent va bien, on demande trois choses maintenant : que Vincent sorte de cet hôpital, de cette prison. Vincent, il a seulement besoin de boire, de manger et d'amour."

Une décision qui divise

Le comité de soutien des parents de Vincent Lambert, réuni à Paris, n'a pas caché sa joie dans les rues de la capitale. "C'est une très grande victoire. Elle permet de confirmer qu'il est nécessaire de prendre en compte les avis et les recommandations du comité international des droits des personnes handicapées", avance Me Jean Paillot, l'avocat des parents du patient hospitalisé. La saisine du comité de l'ONU donne six mois aux partisans du maintien en vie de Vincent Lambert. "C'est une décision barbare. Elle ne prend absolument pas en compte l'humain. Elle prend en compte les parents de Vincent qui ont refusé depuis le début de se poser la moindre question sur leur fils et l'état dans lequel il est (...) Ils s'en servent comme d’un objet", peste son neveu François. Depuis 2013, Vincent Lambert a fait l'objet de cinq procédures judiciaires contradictoires.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne