Affaire Vincent Lambert : l'ultime recours de ses parents devant l'hôpital de Reims

FRANCE 2

"La vie pour Vincent". C'est le cri de 200 personnes réunies dimanche 19 mai devant l'hôpital Sébastopol de Reims (Marne). Un rassemblement au cours duquel se joue la vie de Vincent Lambert, hospitalisé en état végétatif depuis 2008.

Pas question d'accepter l’arrêt des traitements prévu par la justice à partir du lundi 20 mai. Les parents de Vincent Lambert et son demi-frère se sont exprimés pour réitérer leur volonté de continuer les soins du patient de 42 ans, hospitalisé dans un état végétatif et tétraplégique depuis 2008 suite à un accident de la route.

Un cas qui divise la famille

D'un côté, son épouse Rachel est pour l'arrêt des traitements, contrairement aux parents, fervents catholiques et qui voient dans l'arrêt des soins une euthanasie. Le Conseil d'État et la Cour européenne des droits de l'Homme ont statué pour un arrêt du traitement. "S’il n'est pas en fin de vie, c'est parce qu'on lui fait un maintien artificiel depuis tout ce temps. Mais à partir du moment où on a décidé que ce maintien artificiel n'avait plus de sens, qu'il était déraisonnable et que c'était de l'acharnement thérapeutique, il va rentrer dans une phase de fin de vie en quelques jours. La médecine est capable de maintenir les gens artificiellement en vie pendant très longtemps. La preuve, lui ça fait dix ans. S’il n’y avait pas ces mesures, ça ferait dix ans qu'il serait décédé", détaille le Dr Bernard Devalois de l'unité de soins palliatifs de la maison de santé Bagatelle à Bordeaux (Gironde), qui a fait partie de la première procédure d'examen du patient en 2013. La mère s'oppose à ces arguments, tandis que sa femme Rachel a décidé de garder le silence, attendant l'application de la décision de justice.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne