VIDEO. A son procès, le Dr Bonnemaison évoque sa "passion" pour la médecine

DOMINIQUE VERDEILHAN et OLIVIER GARDETTE - FRANCE 2

Accusé d'empoisonnement sur sept de ses patients en fin de vie, Nicolas Bonnemaison encourt la réclusion criminelle à perpétuité. 

Le docteur Nicolas Bonnemaison comparaît, à partir de mercredi 11 juin, devant la cour d'assises à Pau (Pyrénées-Atlantiques). L'ancien urgentiste est accusé d'empoisonnement sur sept de ses patients en fin de vie. Au premier jour de son procès, il évoque une "passion" pour la médecine, et un parcours marqué par des épisodes douloureux.

"Il a toujours agi en médecin"

Soutenu par son épouse dans les couloirs du tribunal, Nicolas Bonnemaison a reçu quelques applaudissements et encouragements venant de l'assistance. Selon l'un de ses avocats, Nicolas Bonnemaison est venu "justifier ses actes parce qu'il n'a pas à rougir, il a toujours agi en médecin". L'urgentiste peut également compter, durant son procès, sur le témoignage de Patricia Dhooge, épouse de l'une des sept victimes, qui le soutient.

Le médecin de 53 ans radié de l'Ordre des médecins encourt la réclusion criminelle à perpétuité à l'issue de ce procès, dans lequel il est question du débat sur l'euthanasie.

Vous êtes à nouveau en ligne