"Blackbird" : dilemmes et révélations d'une famille confrontée à la fin de vie

FRANCE 3

Susan Sarandon porte un nouveau combat dans son dernier film, le droit à l’euthanasie. À l’affiche de "Blackbird", l’actrice américaine interprète une femme atteinte d’une maladie dégénérative, qui fait le choix de mettre fin à ses jours. Une décision difficile à accepter pour sa famille. 

C’est une banale réunion de famille, le temps d’un week-end. Enfin, presque banale. Atteinte d’un mal incurable, Lily a décidé de mettre fin à ses jours. Blackbird, ce sont 48 heures de huis clos et huit personnages qui vont éprouver toute la gamme des sentiments, de la colère aux larmes, en passant par le rire. L’actrice Kate Winslet, qui joue l’une des sœurs, a d’ailleurs perdu sa propre mère avant le tournage. 

Un "chagrin très particulier"

"J’ai fait l’expérience de ce chagrin très particulier à ce moment-là, donc je savais quelle intensité de relation se retrouve dans une famille, quand on affronte ensemble quelque chose d’aussi dévastateur que la perte d’un parent", explique-t-elle. Le film aurait pu en rester au mélodrame, mais peu à peu, les membres de cette famille, parfois en conflit frontal, vont mettre leur cœur sur la table et se révéler les uns aux autres. Avec un humour noir qui permet d’aborder en délicatesse la question de la fin de vie, sans juger des choix personnels. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne