Environnement : les principales propositions du pape François

(Le pape a dévoilé son encyclique "Laudato Si" pour l'environnement © MaxPPP)

Le pape a dévoilé jeudi son encyclique pour l’environnement. Intitulé "Laudato si", ce texte de 200 pages reconnaît le changement climatique et ses causes humaines. Il a critiqué le consumérisme et l'égoïsme des pays riches et fait d’ailleurs plusieurs propositions.

Le pape François a dévoilé jeudi son encyclique "Laudato si" pour l'environnement. Le texte de 200 pages réclame une "action urgente" pour la planète. Pour lutter contre le réchauffement climatique, le pape prône une véritable révolution environnementale, mais aussi économique et humaine. Il fait plusieurs propositions. Voici les principales :

Pétrole et charbon doivent vite être remplacés par les énergies renouvelables

L'encyclique "Laudato Si" invite l'humanité à modifier ses habitudes de vie, ses modes de production et de consommation et de lui préférer un modèle plus "sobre". Les énergies fossiles, le charbon et le pétrole, doivent être remplacés "progressivement" mais "sans retard" par des énergies renouvelables. Sans quoi la planète "court à sa perte", écrit le pape.

Réchauffement : les pays riches et pollueurs doivent aider les pays pauvres

Le pape prend la défense des pauvres qui seront, selon lui, les premières victimes du réchauffement climatique, à travers la pollution de l’air et l’élévation du niveau des mers. Il réclame donc des efforts des pays les plus développés et écrit même : "Les pays riches et pollueurs, en grande partie responsables de la destruction de la planète, doivent aider les pays les plus pauvres dans la transition énergétique".

Les pays riches doivent accepter une certaine décroissance

Le pape a prononcé un véritable manifeste pour une révolution environnementale, mais aussi sociale et économique. A ses yeux, les riches devront réduire leur train de vie : "L'heure est venue d'accepter une certaine décroissance dans quelques parties du monde, mettant à disposition des ressources pour une saine croissance en d'autres parties", écrit-t-il.

Les religions doivent engager un dialogue pour l’environnement

Le pape François a appelé les différentes religions à s’engager pour l’environnement : "La majorité des habitants de la planète se déclare croyante, et cela devrait inciter les religions à entrer dans un dialogue en vue de la sauvegarde de la nature, de la défense des pauvres, de la construction de réseaux de respect et de fraternité."

L’écologie doit aussi passer par un ensemble de gestes quotidiens

Dans cette encyclique, le pape développe tout un chapitre sur "l’écologie de la vie quotidienne". Il y aborde des questions plus concrètes comme de "prendre soin des lieux publics". Il se prononce aussi en faveur des transports en commun, dénonçant certains comportements des pays les plus riches, comme dans ces villes où "circulent beaucoup d’automobiles utilisées seulement par une ou deux personnes", qui consomment "d’énormes quantités d’énergie non renouvelables".

Le pape dénonce le système économique soumis au "diktat du marché"

Fidèle à la doctrine de l’Eglise le pape soutient que la croissance démographique ne pose pas de problème écologique. En revanche, il n’’a pas hésité à affirmer que la soumission du politique à la finance a fait échouer les sommets sur le climat. Il prédit par ailleurs des conflits à venir liés à la mainmise des multinationales sur les ressources en eau qui s’épuisent. "Tandis que la qualité de l'eau disponible se détériore constamment, il y a une tendance croissante, à certains endroits, à privatiser cette ressource limitée (...). Il est prévisible que le contrôle de l'eau par de grandes entreprises mondiales deviendra l'une des principales sources de conflits de ce siècle."