Vers un retour à la semaine de quatre jours et demi en primaire

(Josselin Clair Maxppp)

La concertation sur la refondation de l'école milite pour une demi-journée d'école supplémentaire, le mercredi matin, contre quatre jours à l'heure actuelle. Le rapport, présenté vendredi, propose aussi des journées de classe moins longues.

Il a fallu trois mois de concertation, auprès de 600 personnes (des parents aux enseignants en passant par les syndicats et associations), pour aboutir au rapport présenté vendredi. Un rapport qui, dans les grandes lignes, reprend les propositions du ministre de l'Éducation nationale Vincent Peillon, qui souhaite des journées de classe moins longues, mais plus nombreuses (180 contre 144 actuellement).

Une semaine = 4,5 jours x 5 heures

Première mesure proposée par les rapporteurs  : un retour à la semaine de 4,5 jours, abandonnée en 2008 en primaire. La demi-journée serait rétablie le mercredi, une solution qui convient à la majorité des parents, même si tous ne sont pas d'accord sur la nécessité de cette demi-journée supplémentaire. Le rapport laisse tout de même la porte ouverte au samedi matin, dans des situations locales particulières.

La journée de classe, elle, ne devrait pas dépasser cinq heures en primaire, sixième et cinquième. En quatrième et troisième, elle serait limitée à six heures maximum. Dans tous les cas, les rapporteurs préconisent "un accueil de tous les enfants jusqu'à une heure avancée de l'après-midi. Ce temps doit permettre l'aide aux devoirs, l'aide personnalisée."  Pour le déjeuner des élèves, ils recommandent une pause d'une heure et demie à la mi-journée.

Le casse-tête des vacances scolaires

Reste à équilibrer ces nouvelles semaines de classe et les vacances des enfants (et de leurs parents). Sur le sujet, le rapport hésite encore. Pour pouvoir respecter l'équilibre "sept semaines de classe, deux semaines de vacances", "soit on ne zone aucune vacance, soit on les zone toutes" , hésitent les rapporteurs. Jusqu'ici, les vacances d'hiver et de printemps sont décalées selon les zones (A, B, C), une situation qui arrange les professionnels du tourisme mais pas les parents, notamment les familles recomposées.

Le rapport ne tranche pas sur cette question... Et pour compliquer encore un peu le calcul, il demande même de "réfléchir à un allongement d'une ou deux semaines" de l'année scolaire. Un sujet, là encore, très discuté.

Vous êtes à nouveau en ligne