Pour "alléger et simplifier le travail des directeurs d'école", le ministère de l'Education nationale annonce des premières mesures

Des enseignants et directeurs d\'école manifestent après le suicide de Christine Renon, directrice d\'une école maternelle de Pantin (Seine-Saint-Denis), le 3 octobre 2019 à Bobigny (Seine-Saint-Denis). 
Des enseignants et directeurs d'école manifestent après le suicide de Christine Renon, directrice d'une école maternelle de Pantin (Seine-Saint-Denis), le 3 octobre 2019 à Bobigny (Seine-Saint-Denis).  (MAXPPP)

"Des mesures plus importantes et plus structurelles" suivront après concertation, annonce le ministère de l'Education nationale mercredi. 

Le ministère de l'Education nationale promet d'agir, près de deux mois après le suicide d'une directrice d'école, Christine Renon, à Pantin (Seine-Saint-Denis). Dans un communiqué diffusé mercredi 13 novembre, le ministère annonce de "premières mesures visant à alléger et simplifier le travail des directeurs d'école", et à "répondre aux enjeux et difficultés" auxquels ils sont confrontés "dans l'exercice de leur métier". 

Au cours de l'année scolaire 2018-2019, 58 agents de l'Education nationale se sont suicidés, et onze depuis la rentrée de septembre, selon les données du ministère dévoilées le 6 novembre. Le 21 septembre, Christine Renon, directrice d'une école maternelle de Pantin, avait mis fin a ses jours sur son lieu de travail. Dans une lettre laissée à une trentaine de collègues deux jours plus tôt, elle racontait "son épuisement" et la solitude des directeurs d'école, l'accumulation de tâches "chronophages", les réformes incessantes et contradictoires.

Dans son communiqué, et "en attendant des mesures plus importantes et plus structurelles" après concertation, le ministère de l'Education nationale annonce ainsi l'envoi d'un questionnaire à l'ensemble des directeurs d'école. Celui-ci, réalisé en lien avec les syndicats, "vise à établir un état des lieux sur les conditions d’exercice du métier des directeurs d’écoles, leurs difficultés et leurs besoins", et "sera clos le 1er décembre". Une concertation aura lieu le 17 décembre sur les résultats de cette enquête. 

Une journée supplémentaire de décharge annoncée

Dans cet objectif "d'alléger immédiatement certaines tâches", le ministère annonce un moratoire "jusqu'à la fin de l'année civile sur toutes les enquêtes pour lesquelles ils auraient pu être sollicités". Le gouvernement promet aussi "une journée supplémentaire de décharge" pour l'ensemble des directeurs d'école, entre novembre et décembre.

Enfin, avant la fin de l'année, des groupes départementaux de consultation et de suivi seront lancés, "pour permettre d’identifier des pistes d’allègement de tâches administratives et s’assurer du suivi des mesures d’amélioration des conditions de travail et des missions des directeurs". Le ministère annonce en parallèle l'organisation, par les inspecteurs de l'Education nationale, de réunions de directeurs d'écoles volontaires "dans toutes les circonscriptions" juqu'au mois de février. Les autorités entendent, avec ces réunions, "susciter l'expression des directeurs" sur des thèmes tels que les relations avec les parents d'élèves ou la hiérarchie.

Vous êtes à nouveau en ligne