VIDEO. Réforme des rythmes scolaires : une maire UMP entre en résistance

JIHANE BENZINA, CLOE BUFFARD et JESO BOULESTEIX - FRANCE 2

A Plaisir (Yvelines), la maire UMP envisage de ne pas passer à la semaine de quatre jours et demi en septembre prochain. Elle s'explique devant la caméra de France 2.

A Plaisir, dans les Yvelines, la maire UMP envisage de ne pas passer à la semaine de quatre jours et demi en septembre prochain. Pour elle, les 50 euros par élève versés par l'Etat à la commune sont insuffisants. Devant le coût de la réforme, elle n'appliquera pas la loi. Elle s'explique devant la caméra de France 2 : "En tant qu'élue, je trouve dommage que l'Etat me mette face à un dilemme de celle envergure, me mettant hors-la-loi."

Le Conseil supérieur de l'éducation, qui réunit syndicats d'enseignants, fédérations de parents d'élèves et collectivités locales, a rejeté lundi 5 mai le projet de décret de Benoît Hamon sur les rythmes scolaires, qui introduit des assouplissements pour les communes peinant à mettre en place la semaine de 4,5 jours à la rentrée de septembre 2014. Mais cet avis n'est que consultatif.

17 000 communes doivent passer aux nouveaux rythmes scolaires à la rentrée 2014. En cas de refus, ce sera aux rectorats de faire appliquer la réforme.

Vous êtes à nouveau en ligne