Rythmes scolaires : 69% des Français contestent la réforme, selon un sondage

Des élèves de primaire participent à des activités périscolaires à Nantes (Loire-Atlantique), le 11 octobre 2013.
Des élèves de primaire participent à des activités périscolaires à Nantes (Loire-Atlantique), le 11 octobre 2013. (FRANK PERRY / AFP)

Près de la moitié des sondés (48%) souhaitent l'annulation de la réforme et 21% son report, selon une enquête BVA Opinion.

L'opinion publique est partagée, mais majoritairement défavorable à cette réforme. Près de sept Français sur dix (69%) se disent favorables à une annulation de la réforme des rythmes scolaires ou à son report, selon un sondage de l'institut BVA Opinion pour l'émission "CQFD" sur i-Télé, publié samedi 16 novembre.

Près de la moitié des sondés (48%) souhaitent l'annulation de la réforme, qui a fait l'objet de grèves, manifestations et blocages d'écoles cette semaine, à l'initiative d'enseignants, personnels municipaux ou parents. La proportion monte à 55% dans les communes rurales et descend à 42% dans les villes de plus de 100 000 habitants. Plus d'une personne interrogée sur cinq (21%) se prononce pour un report de la réforme, qui doit être généralisée à la rentrée 2014. Près d'un tiers (29%) souhaite que la réforme soit appliquée comme prévu et 2% se disent sans opinion.

"Gros doute sur l'intérêt de l'enfant"

C'est chez les sympathisants de droite que les sondés se prononcent le plus pour une annulation (72%). L'UMP, qui a instauré la semaine décriée de quatre jours en 2008, a fait de la réforme des rythmes son cheval de bataille à l'approche des municipales. Chez les sympathisants de gauche, les avis sont plus partagés : une majorité (52%) souhaite que la réforme soit appliquée comme prévu, un cinquième (21%) qu'elle soit annulée, un quart (25%) qu'elle soit reportée, tandis que 2% sont sans opinion.

Si le gouvernement met en avant "l'intérêt de l'enfant", le sondage relève un "gros doute dans l'opinion à ce sujet puisque 61% des Français considèrent que la réforme des rythmes scolaires a un impact plutôt négatif sur le bien-être des élèves", indique Céline Bracq, directrice adjointe de BVA Opinion. La proportion s'élève à 69% dans la tranche d'âge des 35-49 ans, "en majorité parents d'enfants scolarisés en maternelle et primaire". Pour 35% des sondés l'impact est plutôt positif.

Enquête réalisée les 14 et 15 novembre auprès d'un échantillon de 1.075 personnes âgées de 18 ans et plus, recrutées par téléphone et interrogées sur internet, suivant la méthode des quotas.

Vous êtes à nouveau en ligne