Rythmes scolaires : journée de mobilisation des profs

(Maxppp)

Ce jeudi 25% des enseignants devraient être en grève au niveau national selon le ministère de l'Education et 50% à Paris pour cette deuxième journée de grève contre la réforme des rythmes scolaires de Vincent Peillon.

Le 12 février
dernier
, cette institutrice était déjà en grève. Elle enseigne en maternelle
dans un quartier difficile du nord de Paris. Elle reste opposée à ces nouveaux
rythmes qui obligent les enfants et les enseignants à venir le mercredi matin sans
bénéficier de journées réellement plus courtes. Elle milite au SNUipp. Selon
elle, c'est une mauvaise réforme et ce sont les enfants les plus fragiles qui en
pâtissent.

Les profs veulent une autre réforme

Les enseignants en
grève aujourd'hui demandent une autre réforme. Ils proposent des journées plus
courtes et plus régulières et pourquoi pas une après-midi libre dans la
semaine.

Une enseignante du 8ème arrondissement explique que dans
son école cette réforme se passe bien mais elle maintient que ce n'est pas
satisfaisant. Les changements qui sont proposés ne sont pas les bons selon
elle.

Les  effets concrets de la réforme

Et au-delà de rythmes
scolaires, les enseignants ne voient pas d'effets concrets de la priorité qui
est donnée à l'école primaire sur les effectifs dans les classes ou sur les
remplacements.

Cette journée de
mobilisation du 14 novembre
s'annonce un peu moins suivie à Paris que la
précédente. Le 12 février dernier près de 70% des enseignants étaient en grève selon
le ministère.