Bac : au moins 120 000 copies retenues par des professeurs grévistes

Des enseignants grévistes ont prévu de ne pas rentrer les notes de leurs copies du baccalauréat.
Des enseignants grévistes ont prévu de ne pas rentrer les notes de leurs copies du baccalauréat. (PHILIPPE TURPIN / PHOTONONSTOP / AFP)

Dans plusieurs académies, des groupes d'enseignants ont voté en assemblées générales une "rétention des notes" du bac, pour inciter le ministre à rouvrir des négociations sur les réformes du lycée et du bac, qu'ils contestent.

Le bras de fer contre la réforme du bac continue. Des enseignants grévistes ont décidé, mardi 2 juillet, de faire de la rétention de copies du baccalauréat. Selon le collectif "Bloquons Blanquer", 121 157 copies seraient retenues mardi matin. Un chiffre à prendre avec précaution puisqu'il est simplement tiré des déclarations des enseignants. L'objectif de ce mouvement soutenu par le syndicat Snes-FSU est simple : retarder les résultats et contraindre le ministre à rouvrir les négociations.

Des menaces de sanction

"Ce mardi midi est le dernier délai pour rentrer toutes les notes du bac, mais là de nombreux professeurs en grève ne le font pas. Cela signifie qu'un quart des candidats du bac auront des problèmes si les jurys se tiennent, explique à franceinfo Louise, professeure des écoles et membre du collectif. Nous avons consulté les services juridiques des syndicats et des avocats : notre démarche est légale. Il s'agit d'une modalité de notre grève. Rentrer des notes est un travail, mais comme les correcteurs sont en grève, ils ne travaillent pas."

Lundi, le ministre de l'Education nationale a promis que "chacun aurait ses résultats (du baccalauréat) en temps et en heure". "J'ai une très grande confiance dans l'immense majorité des professeurs de France qui ont une très grande conscience professionnelle, (...) et qui n'ont aucune envie de contribuer au sabotage d'un examen pour lequel ils ont préparé avec passion leurs élèves", a-t-il déclaré. Ses services ont rappelé à l'AFP que les professeurs s'exposent à "des sanctions très graves" si les copies ne sont pas restituées comme prévu.

Vous êtes à nouveau en ligne