Voici à quoi devrait ressembler le nouveau bulletin scolaire

La nouvelle version de ces bulletins individuels par élève devrait comprendre deux parties au lieu d\'une pour chaque fin de cycle, soit en CE2, 6e et 3e.
La nouvelle version de ces bulletins individuels par élève devrait comprendre deux parties au lieu d'une pour chaque fin de cycle, soit en CE2, 6e et 3e. ( MAXPPP)

La nouvelle version de ces bulletins individuels par élève devrait comprendre deux parties au lieu d'une pour chaque fin de cycle, soit en CE2, 6e et 3e. 

"Il n'a jamais été question de revoir les notations telles qu'elles existent aujourd'hui." La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, n'a de cesse de le rappeler: la notation de 0 à 20, héritage de l'école Polytechnique au début du XIXe siècle, ne disparaîtra pas à la rentrée 2016. Elle deviendra néanmoins "facultative" dans les bulletins scolaires, selon Le Parisien, qui en présente la nouvelle version, samedi 19 janvier. "Le système d'évaluation va bel et bien changer", résume le journal, qui précise que la version définitive sera présentée par la ministre le 30 septembre.

Le nouveau bulletin devrait ainsi permettre de renseigner deux champs : "Une première tranche de notes traditionnelles, basées sur les programmes, et un deuxième niveau, qui apparaîtra désormais à chaque fin de cycle (fin de CE2, fin de 6e et fin de 3e) et rendra compte des acquis du socle commun de connaissances, de compétences et de culture." 

"Personne ne va s'y retrouver", selon la PEEP

La première tranche renseignera l'intitulé des thèmes abordés, les commentaires du professeur de la matière, la "dynamique de progrès" (insuffisants ou significatifs) et, facultativement, la moyenne de l'élève et celle de la classe.

Le deuxième niveau, titré "Maîtrise des domaines et composantes du socle en fin de cycle", représente "tout ce que l'élève doit avoir acquis à la fin de la scolarité obligatoire". Il sera affiché au verso de la première feuille du bulletin scolaire. Il comptera huit intitulés, notés de 1 à 4 ou de 1 à 5. Sur le document fourni par Le Parisien, on peut lire quelques exemples : "Comprendre, s'exprimer en utilisant la langue française à l'oral et à l'écri", "Les méthodes et outils pour apprendre", "Les représentations du monde et l'activité humaine", etc. 

Interrogés par le journal, des professionnels de l'éducation se montrent sceptiques. "Personne ne va s'y retrouver", estime ainsi Valéry Marty, la présidente de la fédération de parents d'élèves PEEP. Jean-Rémi Girard, secrétaire général du Snalc, deuxième syndicat de profs dans le secondaire, ne se montre pas plus tendre. "Un double système, ça ne marchera pas. Les parents et les élèves regarderont d'abord les notes, le reste n'a aucun sens en termes pédagogiques." Question d'habitude ? C'est en tout cas le pari que fait la ministre. 

Vous êtes à nouveau en ligne