VIDEO. Rentrée scolaire : arrivée des nouveaux programmes de maternelle et d'éducation morale et civique

FRANCE 2

La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, présente mardi 25 août les principaux changements de la rentrée 2015. 

La rentrée scolaire marque le lancement des nouveaux programmes de maternelle et d'éducation morale et civique. Une semaine avant la reprise des 860 000 professeurs et des 12 millions d'élèves, Najat Vallaud-Belkacem présente, mardi 25 août, sa première rentrée scolaire depuis qu'elle a remplacé au pied levé, l'an dernier, le frondeur Benoît Hamon.

Les chantiers qui ont suscité les plus fortes polémiques ces derniers mois – la réforme du collège et les nouveaux programmes scolaires du CP à la troisième – ne rentrent en vigueur qu'en septembre 2016. Les élèves de maternelle seront, en revanche, dès cette année, les premiers à étrenner de nouveaux programmes.

La maternelle devient ainsi un cycle à part entière. La grande section n'est plus un "petit CP", suivant l'idée que cette tendance plaçait certains écoliers en échec précoce. Priorité est donnée au langage, à la socialisation, au jeu. Ces programmes sont assez consensuels, mais le premier syndicat du primaire craint qu'ils restent lettre morte, faute de formation des enseignants.

L'éducation morale et civique du CP à la terminale

Le nouvel enseignement d'éducation morale et civique (EMC, la "morale laïque" promise par Vincent Peillon) s'adressera, lui, aux élèves du CP à la terminale, notamment pour transmettre les valeurs de la République et développer l'esprit critique.

Les syndicats d'enseignants avaient demandé son report à la rentrée 2016, jugeant que le ministère avait voulu aller trop vite après les attentats de janvier à Paris. Les programmes d'EMC n'ont été publiés qu'à la fin juin et les manuels ne seront prêts qu'à la rentrée 2016, de quoi compliquer l'élaboration des cours, selon les syndicats.

Toujours pour transmettre les valeurs de la République, une "réserve citoyenne" a également été annoncée, avec des milliers de volontaires qui pourront intervenir à l'école. Parmi eux, les "chasseurs de nazis" Serge et Beate Klarsfeld.

Vous êtes à nouveau en ligne