VIDEO. À Provins, en Seine-et-Marne, les parents d’élèves approuvent le port de l’uniforme à l’école publique

BRUT

Une majorité de parents d’élèves des écoles élémentaires de Provins s’est prononcée en faveur du port, non obligatoire, de l’uniforme lors d’une consultation organisée par la mairie Les Républicains de cette ville de Seine-et-Marne.

"Tout ce qui peut permettre de rassembler les enfants autour de valeurs communes va dans le bon sens, au-delà même de leurs différences, de leur parcours personnel, de leur foi le cas échéant ou de leurs origines", explique le maire LR de Provins Olivier Lavenka. L’idée a été approuvée par les parents d’élèves lors d’un référendum proposé par leur mairie.

Le projet doit maintenant être approuvé par les conseils d’école. Si la mesure est adoptée, les parents d’élèves de Provins souhaitant équiper leurs enfants devront débourser 145 euros pour l’achat de l’uniforme. Pour les parents réticents, l’uniforme n’est pas obligatoire.

Une mesure régulièrement défendue

L’introduction de l’uniforme à l’école est régulièrement défendue pour masquer les inégalités de richesse, renforcer un sentiment d’appartenance et désexualiser les tenues. En revanche, pour ses opposants, il ne peut pas faire disparaître les différences sociales et l'uniforme nie l’identité de l’enfant ou de l’adolescent.

À part dans certains départements d’Outre-mer, l’uniforme n’a jamais été généralisé en France. Dans certains pays comme le Japon, la Malaisie ou le Royaume-Uni, c’est au contraire une véritable institution.

Pour le directeur d’école à Londres Sébastien Heper, "c’est une bonne préparation pour leur vie d’adulte. Ils comprennent que leur apparence est importante. Une attitude négligée ne les emmènera pas bien loin".

Vous êtes à nouveau en ligne