Rentrée scolaire : "Les parents soutiennent une bonne partie des réformes mises en place"

Des collégiens de retour sur les bancs de l\'école lors d\'une pré-rentrée le 28 août 2018. 
Des collégiens de retour sur les bancs de l'école lors d'une pré-rentrée le 28 août 2018.  (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

En plus du dédoublement des classes de CP et CE1 dans les quartiers défavorisés, cette rentrée est marquée par l'interdiction du portable au collège. Pour les parents d'élèves de la PEEP, tout cela est positif.

Plus de 12 millions d'élèves reprennent le chemin de l'école lundi 3 septembre, pour une rentrée marquée par des nouveautés, notamment la poursuite du dédoublement de classes dans les quartiers défavorisés ou encore par l'interdiction du portable au collège. "On attend de voir comment tout cela sera appliqué", mais "les parents soutiennent une bonne partie des réformes mises en place" cette année, a expliqué lundi sur franceinfo Samuel Cywie, porte-parole de la PEEP, la fédération des parents d'élèves de l'enseignement public.

franceinfo : Huit communes sur dix sont repassées à la semaine de quatre jours. Les communes ont maintenant le choix. Applaudissez-vous cette flexibilité dans le choix des rythmes scolaires ?

Samuel Cywie : C'est ce qu'on avait demandé il y a déjà plusieurs années, qu'on puisse s'adapter aux particularités locales. Le périscolaire est totalement différent selon que vous êtes une commune riche ou rurale. La première réforme avait été imposée sans aucune concertation avec les communes. On revient donc à un peu plus de logique. Maintenant, ce qui serait intéressant, ce serait d'évaluer réellement quelle est la meilleure formule pour nos enfants, parce qu'on a eu beaucoup de choix faits uniquement pour des raisons financières, alors qu'il faudrait que ce soit vraiment l'enfant et la vie de famille qui soient au centre des décisions.

Le dédoublement des classes de CP et CE1 va se poursuivre cette année pour les quartiers défavorisés, avec 12 enfants maximum dans chaque classe. Là aussi, est-ce une bonne mesure ?

La diminution des effectifs est une demande récurrente de l'ensemble des organisations, qu'elles soient de professeurs ou de parents d'élèves. On voit cette année que les résultats étaient très bons, donc on élargit la mesure. Ce qu'il ne faut pas oublier, c'est qu'il y a des enfants en difficulté en dehors du réseau d'éducation prioritaire (REP). Mais c'est un début et on espère que cela pourra s'élargir au fur et à mesure à d'autres types de populations. Par contre, il faut éviter que cette diminution d'effectifs en CP et CE1 entraîne une augmentation d'effectifs plus haut. Mais c'est une bonne mesure et les résultats sont très bons, d'après tous les retours que nous avons.

Autre nouveauté cette année : l'utilisation du téléphone portable est désormais interdite au collège. C'est une mesure importante ?

C'est important, même si ce n'est pas une révolution, puisque beaucoup de collèges interdisaient déjà les téléphones portables, même dans la cour de récréation et à la cantine. Il y avait aussi une demande de la part des parents. C'est plutôt une bonne chose, cela va résoudre pas mal de problèmes de vie scolaire dans les établissements où ce n'était pas encore interdit.

On a l'impression que tout est positif à vos yeux en cette rentrée... Quels sont les points négatifs ?

Il y a beaucoup d'annonces. On attend donc de voir comment tout cela sera appliqué. Mais les parents soutiennent une bonne partie des réformes qui ont été mises en place.

Vous êtes à nouveau en ligne