Rentrée scolaire : les enseignants inquiets face à la réforme du lycée

franceinfo

Avec la possibilité pour les élèves de choisir leurs matières, certains enseignants s’inquiètent d’une course à “l’élitisme”.

Au sein du lycée Rabelais, à Saint-Brieuc (Côtes d’Armor), la mise en place des emplois du temps est particulièrement complexe cette année. C’est du moins l’avis de certains enseignants. Ils ciblent en particulier la récente réforme du lycée, qui permet aux élèves de choisir leurs matières. “Je suis inquiète car les mathématiques sont sortis du tronc commun. On exige que les élèves aient un bon niveau pour choisir la “spé maths” en 1ère, mais on ne pense pas à ceux qui auront tout de même besoin de cours en vue de leur parcours post-bac”, regrette Claire Révolte, professeur de mathématiques. 

Edouard Philippe nie tout “élitisme”

Pour sa part, le proviseur du lycée breton, Jean-François Mathieu voit dans la réforme un moyen de diversifier les sources d’apprentissage. “C’est une fierté, pour notre établissement, de proposer huit matières au choix. Nos élèves composent eux-mêmes leur cursus, avec des associations de matières qui étaient impossibles par le passé”. Remontés face à une réforme perçue comme clivante, de nombreux enseignants ont refusé des postes de professeurs principaux. Certaines académies sont ainsi à court de solutions… Mais du côté d’Édouard Philippe, on se veut optimiste. “Il n’y a pas d’élitisme. La réforme veut rendre les élèves plus forts intellectuellement, plus libres, plus mûrs et plus face au monde qui vient”, estime le Premier ministre, interrogé par franceinfo.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne