Priorité au vocabulaire, initiation aux langues étrangères... Ce qui va changer en maternelle à la rentrée

Lors d\'un blocage d\'école en réaction à la Loi Blanquer, à l\'école maternelle et primaire Elsa Triolet à Toulouse, le 16 mai 2019. 
Lors d'un blocage d'école en réaction à la Loi Blanquer, à l'école maternelle et primaire Elsa Triolet à Toulouse, le 16 mai 2019.  (NATHALIE SAINT-AFFRE / MAXPPP)

Pour la rentrée 2019, le gouvernement a dédié sa circulaire à l'école maternelle. L'apprentissage du vocabulaire, des nombres et des langues passent en priorité. 

Une "école du langage", l'acquisition des "savoirs fondamentaux" par tous les élèves érigée en "priorité nationale" et le déploiement des langues étrangères. La circulaire de rentrée est l'occasion, à chaque printemps, de fixer les objectifs de l'année scolaire à venir et de définir les priorités pour les enseignants.

Pour sa troisième rentrée, Jean-Michel Blanquer a choisi de se focaliser sur l'école maternelle, en lui consacrant les trois recommandations qui accompagnent la circulaire. Ces grandes orientations pour septembre 2019 sont parues au Bulletin officiel, mardi 28 mai, alors que le projet de loi "pour une école de la confiance" n'est pas encore adopté. Qu'est-ce qui va changer ? Franceinfo fait le tour des nouveautés de la rentrée 2019 côté maternelles.

L'instruction obligatoire dès 3 ans

La loi "pour une école de la confiance" n'est pas encore promulguée que certains de ses dispositifs sont déjà inclus dans la circulaire. En septembre prochain, l'instruction des enfants va devenir obligatoire dès les 3 ans de l'enfant. Si 97% des enfants de la classe d'âge sont déjà scolarisés, le taux de scolarisation varie fortement selon les zones. Dans les départemets d'outre-mer, ce taux n'atteint par exemple que 80%.

La circulaire souligne aussi l'objectif de limiter les classes à 24 élèves maximum. Annoncée par Emmanuel Macron à l'issue du grand débat, la mesure pourrait être mise en place dès la rentrée, "là où c'est possible". Dans la circulaire, le ministère évoque la création de 2 300 postes au sein de l'école primaire. "École des premiers apprentissages, dans un cadre qui doit être sécurisant pour les élèves, sa place et son rôle seront particulièrement mis en valeur au cours de l'année scolaire qui vient", insiste ainsi le texte.

Il rappelle aussi l'engagement du président de la République : "Dédoublement des classes de grande section en éducation prioritaire et un maximum de 24 élèves pour toutes les classes de grande section, CP et CE1." La formation des professeurs des écoles devrait être "renforcée", portant "sur le langage, le nombre et le développement affectif et social du jeune enfant."

L'accent mis sur le vocabulaire 

Aussi "régulier" que "nécessaire", selon les termes employés dans la circulaire, l'acquisition d'un vocabulaire enrichi est une "priorité" pour le ministre de l'Education nationale. Des moments y seront spécifiquement dédiés dans l'emploi du temps des tout-petits. La circulaire ministérielle insiste aussi sur l'amélioration des compétences orales en maternelle : savoir écouter, être attentif, vouloir se faire comprendre. 

"Les évaluations de début de CP nous montrent de trop grandes disparités en matière de vocabulaire – la reine des batailles –, de maîtrise des correspondances entre lettres et sons, de connaissance des nombres", expliquait Jean-Michel Blanquer, dans un entretien accordé à La Croix publié le 29 mai.

Dès la petite section, "la construction d'une conscience phonologique", c'est-à-dire la connaissance du nom des lettres et du son qu'elles produisent, sera travaillée et de manière progressive, selon Le Monde. Cet apprentissage "structuré" du vocabulaire dès la petite section devrait être facilité par le dédoublement des grandes sections, dans les réseaux d'éducation prioritaire (REP). La directive mentionne que "de forts écarts existaient sur ce point pour les élèves relevant de l'éducation prioritaire" lors des évaluations nationales, mises en place depuis deux ans à l'entrée au CP. Ces écarts entraineraient "un défaut de compréhension orale" et, plus tard, "un frein très important pour l'apprentissage de la lecture." 

Une préparation pour les évaluations en CP

Dès leurs premiers pas en petite section, les élèves vont devoir constituer un socle de connaissances fondamentales qu'ils consolideront au fur et à mesure de leur scolarité. Savoir lire, écrire, compter, calculer... L'objectif de la future école maternelle est de bien préparer les évaluations nationales auxquelles devront se plier les élèves de CP et de CE1.

"En mathématiques, les résultats de la recherche montrent que les années de l'école maternelle sont déterminantes pour découvrir et intégrer les concepts essentiels de nombre, d'espace et de calcul", stipule la circulaire, en mentionnant le rapport Villani-Torossian. Des référents mathématiques doivent être recrutés et formés pour accompagner cet apprentissage. La maternelle doit notamment permettre de maîtriser les dix premiers nombres avant l'entrée en CP.  

Sur son site, le syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC (SNUIpp-FSU) déplore ces "priorités stratégiques" imposées au CP. Le syndicat majoritaire dans le primaire dénonce également "une entrée précoce dans des apprentissages normatifs et évalués, ce qui constitue une méthode très efficace pour construire de la difficulté scolaire dès le plus jeune âge". Le SNUIpp-FSU déplore une école maternelle "chamboulée" par ce texte. La circulaire rompt avec le programme de 2015, qui était "centré sur l'expression de l'enfant et l'apprentissage par le jeu", selon Le Parisien

Une initiation aux langues vivantes étrangères

L'école maternelle de la prochaine rentrée sera également celle des langues vivantes étrangères, en particulier de l'anglais. "À l'école maternelle, les élèves bénéficient d'un premier éveil à la diversité linguistique, en les exposant à des langues variées", expose la circulaire signée par le ministre de l'Education nationale.

Des séquences courtes et régulières seront proposées dès la petite section. Là encore, il s'agit de poser les premières bases d'un apprentissage linguistique progressif tout au long de la scolarité.

Vous êtes à nouveau en ligne