Jean-Michel Blanquer annonce la suppression de 1 800 postes dans l'Éducation nationale en 2019

Jean-Michel Blanquer délivre un discours devant l\'Assemblée nationale, le 12 septembre 2018, à Paris.
Jean-Michel Blanquer délivre un discours devant l'Assemblée nationale, le 12 septembre 2018, à Paris. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Dans une interview accordée au Figaro, le ministre de l'Education nationale précise que "seuls le second degré et les services administratifs seront concernés".

L'Education nationale ne sera pas épargnée dans le budget 2019. Alors que le Premier ministre Edouard Philippe avait annoncé une accélération des économies avec la suppression de 4 500 postes de fonctionnaires en 2019, le gouvernement va demander au secteur de l'éducation de participer à l'effort. Jean-Michel Blanquer confirme ainsi dans une interview au Figaro la suppression de 1 800 postes l'an prochain.

Cette diminution "représente 0,2 % des emplois du ministère", précise le ministre de l'Education nationale. "Seuls le second degré et les services administratifs seront concernés. Le volume d'enseignement sera évidemment maintenu à travers le recours aux heures supplémentaires."  En parallèle, le budget de l'Éducation nationale doit augmenter de 850 millions d'euros en 2019, soit 1,7 % afin de concrétiser les promesses du gouvernement, notamment avec le dédoublement des classes de CP et CE1.  

Pour maîtriser son budget, le ministre compte aussi sur la réforme du lycée et du baccalauréat, qui va permettre de mieux répartir les élèves : "Nous n'aurons plus des séries littéraires à 15 élèves, et de l'autre côté, des classes scientifiques à 35." La réforme "va nous permettre de faire mieux, avec des moyens à peu près comparables. Le mot rationalisation n'est pas un vilain mot. Aujourd'hui, tout un chacun peut constater que le lycée pourrait être mieux organisé."

Vous êtes à nouveau en ligne