"Je me suis réveillée épuisée après seulement trois semaines de rentrée" : la lettre d'une directrice d'école de Pantin écrite peu avant sa mort

Extrait du courrier signé d\'une directrice d\'école à Pantin, retrouvée morte dans son établissement.
Extrait du courrier signé d'une directrice d'école à Pantin, retrouvée morte dans son établissement. (DOCUMENT FRANCEINFO)

https://solidarites-sante.gouv.fr/prevention-en-sante/sante-mentale-et-psychiatrie/article/que-faire-et-a-qui-s-adresser-face-a-une-crise-suicidaireDans un courrier à ses confrères et à son syndicat, la directrice d'école de 58 ans, retrouvée morte lundi dans son école maternelle, pointe un épuisement professionnel.

"Je me suis réveillée épouvantablement fatiguée, épuisée après seulement trois semaines de rentrée", écrit dans un courrier la directrice retrouvée morte dans son école maternelle à Pantin (Seine-Saint-Denis), lundi 23 septembre au matin. Dans cette lettre envoyée samedi à plusieurs directeurs d'école et à son syndicat, que franceinfo a pu consulter jeudi, la fonctionnaire de 58 ans pointe ses conditions de travail et un épuisement professionnel.

Dans ce courrier, daté du 21 septembre, elle exprime sa détresse. "Je me demande si je ne fais pas une petite déprime. Je n'ai pas l'habitude, je n'en ai jamais fait, mais j'ai une boule dans la gorge et envie de pleurer tellement je suis fatiguée."

"Les directeurs sont seuls, écrit cette directrice d'école. Seuls pour apprécier les situations, seuls pour traiter la situation (...) Tout se passe dans la violence de l'immédiateté. Ils sont particulièrement exposés et on leur demande de plus en plus sans jamais les protéger." Elle poursuit une longue liste d'épisodes éprouvants ou de "petits riens qui occupent à 200%" ses journées et qui concourent "au stress des directeurs". Elle évoque une situation en particulier qui l'a conduite à devoir appeler des parents. "Impossible ! Je ne peux pas le faire, c'est la goutte d'eau qui ce matin m'a anéantie."

"Je n'ai pas confiance au soutien et à la protection que devrait nous apporter notre institution. (...) La cellule de crise, quelle blague ! L'idée est de ne pas faire de vague et de sacrifier les naufragés dans la tempête ! Pourvu que la presse ne s'en mêle pas !"

Je laisse à la cellule de l'Education nationale le soin de gérer au mieux le mal être qui va suivre suite au choix du lieu de ma fin de vie.La directrice d'une école maternelle de Pantin

"Dans sa lettre, elle n'évoque que des motifs professionnels, estime Marie-Hélène Plard, la secrétaire départementale du Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC (SNUIpp) en Seine-Saint-Denis. Elle détaille tous ces petits riens qui font le quotidien d'une direction d'école et qui sont extrêmement durs à gérer au quotidien. Ils ne sont pas forcément reconnus par l'institution". Marie-Hélène Plard pointe "des charges administratives de plus en plus lourdes, des injonctions parfois contradictoires, qui ne sont pas en phase avec la réalité du terrain".

"Elle parle aussi beaucoup de la solitude des directeurs d'école au niveau des problèmes qui se posent avec des parents d'élèves etc. Elle dit être une directrice épuisée", ajoute Marie-Hélène Plard. Dans sa lettre, la directrice explique être "éprouvée". "C'est une honte qu'il y ait des directeurs non déchargés", écrit-elle. 

Une source proche de l'enquête explique que cette enseignante avait aussi connu des difficultés dans sa vie personnelle.

Le SNUIpp va déposer une alerte sociale

Dans un communiqué, le SNUIpp annonce qu'il va déposer une alerte sociale et demande des réponses concrètes du ministère sur le quotidien compliqué des directeurs d'école. "Le ministre dans ses communiqués continue à parler du bien-être des enseignants en restant sourd et aveugle face à leurs conditions de travail sans cesse détériorées", écrit le syndicat.

De son côté, le rectorat indique avoir immédiatement saisi le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l'académie. L'inspection générale sera aussi sollicitée pour une enquête administrative. Un rassemblement est prévu jeudi soir à 18h à Pantin pour rendre hommage à cette directrice d'école.

Sur son site internet, le ministère des Solidarités et de la Santé rappelle les coordonnées de plusieurs organismes d'écoute et de prévention du suicide. 

Une directrice d'école témoigne d'un épuisement professionnel dans un courrier peu avant sa mort. Reportage d'Alexis Morel.
--'--
--'--


"Si vous avez besoin d'aide, si vous êtes inquiet ou si vous êtes confronté au suicide d'un membre de votre entourage, il existe des services d'écoute anonymes. La ligne Suicide écoute est joignable 24h/24 et 7j/7 au 01 45 39 40 00. D'autres informations sont également disponibles sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé."

Vous êtes à nouveau en ligne