Parcoursup : "Il est évident qu'il y aura des améliorations à apporter" selon le syndicat des personnels de direction

Une lycéenne découvre les résultats de ses voeux sur la plateforme Parcoursup, le 22 mai 2018 à Lille.
Une lycéenne découvre les résultats de ses voeux sur la plateforme Parcoursup, le 22 mai 2018 à Lille. (DENIS CHARLET / AFP)

"On ne peut pas parler d'échec à ce stade", a déclaré sur franceinfo Philippe Vincent, secrétaire général du Syndicat national des personnels de direction de l'Éducation Nationale (SNPDEN), mais il conçoit qu'il faudra améliorer le système.

Philippe Vincent, secrétaire général du Syndicat national des personnels de direction de l'Éducation Nationale (SNPDEN), a assuré jeudi 24 mai sur franceinfo "qu'il y aura des améliorations à apporter" à la plateforme Parcoursup. Plus de la moitié des lycéens inscrits sur Parcoursup ont reçu mercredi une réponse positive à leurs vœux pour la rentrée prochaine dans l'enseignement supérieur. 350 000 élèves de terminale ou étudiants en cours de réorientation sont en revanche encore sur liste d'attente.

"Nous avons demandé qu'à l'issue de la procédure un bilan le plus exhaustif et impartial soit fait", a-t-il déclaré. "Il faudra faire un bilan le plus complet et le plus précis possible" mais "on ne va pas changer de système tous les ans", prévient-il.

On ne peut pas parler d'échec à ce stade. On est à J+1 de Parcousup. Ce qu'on attend de voir, c'est où on en sera à J+30 ou J+60. Il faudra faire le bilan à la fin de la procédurePhilippe Vincent, secrétaire général du SNPDENà franceinfo

Philippe Vincent préfère parler "d'inquiétude" plutôt que d'échec : "Le terme d'inquiétude est celui qui est le plus juste. Effectivement, nous avons été un peu surpris du score initial. On avait l'espoir d'être assez au-delà de 50% d'élèves qui reçoivent un premier oui" mais "nous sommes raisonnablement optimistes parce que la situation d'aujourd'hui n'est pas celle d'hier", a-t-il rassuré.