"On est sur une utilisation d'un mauvais canal" : des adultes en reconversion se sont inscrits sur Parcoursup, une plateforme destinée... aux bacheliers

Le logo de Parcoursup en janvier 2019. 
Le logo de Parcoursup en janvier 2019.  (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

Le ministère de l'Enseignement supérieur a été surpris cette année par le nombre de postulants adultes qui souhaitent se reconvertir alors que Parcoursup a été conçu pour les jeunes qui démarrent leurs études.

En attendant le bilan de la deuxième année de Parcoursup qui sera dévoilé vendredi 20 septembre, le ministère de l'Enseignement supérieur est surpris par le nombre de candidat "en reprise d'étude". Au total, 110 000 se sont inscrits. Il s'agit notamment d'adultes en reconversion.  

Des candidatures sur "le mauvais canal" 

Au ministère, "on admet avoir été les premiers surpris" par ces nombreux candidats en "reprise d'études" pour qui la plateforme n'a pas du tout été pensée. Normalement, un salarié qui se reconvertit se tourne vers les services "formation continue" des universités. Surtout, il n'est pas soumis aux mêmes règles qu'un bachelier. Son parcours est un peu plus complexe.

Cependant, depuis un an, la médiatisation de Parcoursup et la communication sur la simplicité d'un outil accessible en ligne a fini par attirer, un peu à tort, des adultes en reconversion. C'est notamment le cas pour le secteur sanitaire et social car les écoles d'infirmières ont integré Parcoursup cette année. Franck Giuliani, le président du réseau de la formation continue universitaire prend l'exemple "d'un aide soignant qui veut devenir infirmier et qui, habituellement, se serait rendu dans une école pour déposer un dossier de candidature alors que là, il a utilisé le levier Parcoursup". On est sur une utilisation d'un mauvais canal". 

Les places des bacheliers préservées

Le ministère de l'Enseignement supérieur assure que ces candidats adultes n'ont pas pris de places aux bacheliers, dont 2 600 étaient encore sans affectation la semaine dernière. Les dossiers de ces candidats en reconversion ont été écartés pour une bonne partie d’entre eux par les universités sur la plateforme. Pour les années à venir, le gouvernement réfléchit à la création d'un parcours spécifique sur internet pour ces adultes en reconversion.

Vous êtes à nouveau en ligne