Parcoursup : 100 000 bacheliers n'ont pas validé une proposition de formation, le système tourne au ralenti

A quelques jours de la rentrée universitaire, 100 000 étudiants ne sont pas satisfaits de la proposition faite par Parcoursup. 
A quelques jours de la rentrée universitaire, 100 000 étudiants ne sont pas satisfaits de la proposition faite par Parcoursup.  (MARIE-CORALIE FOURNIER / FRANCE-BLEU POITOU)

100 000 étudiants ont bien reçu une proposition de formation via Parcoursup mais elle ne leur convient pas. Ils refusent de la valider, ce qui bloque le système pour d'autres élèves en attente.

La rentrée universitaire approche. Mais le système d'attribution des places Parcoursup ralentit. Cela s'explique par le nombre d'élèves qui ont obtenu une ou plusieurs propositions de formation mais bloquent tout de même le système. Mercredi 22 août, ils sont 100 000 indécis, un chiffre inédit, qui ne savent pas ce qu'ils feront l'an prochain. Ils ne se résignent pas à accepter les propositions qui leur ont été faites et attendent désespérément une meilleure formation.

C'est le cas de Nina. Parmi ses vœux sur Parcoursup, elle a eu une proposition de formation, à l'Institut catholique de Paris. Elle l'a validée temporairement, mais pas définitivement. Elle espère toujours être acceptée dans les très demandées licences info-com d'Assas et la Sorbonne, où Nina est toujours sur liste d'attente.

Je ne suis pas satisfaite à 100%. Je me dis que je vais rater ce que je veux vraiment.Nina, bachelière

"J'ai la Sorbonne où je suis 200e, explique la jeune fille. Je voulais absolument cette formation et je pense que je ne l'aurai pas, ou de justesse. C'est bien ça le problème. Je ne sais pas si je dois m'inscrire à la Catho. Je me dis 'Nina accepte définitivement, supprime ce qui est en attente'. Mais d'un autre côté, je me dis 'tu vas peut-être passer à côté de quelque chose, peut-être que tu l'auras au dernier moment'. J'espère toujours."

L'an dernier, l'algorithme APB, le prédécesseur de Parcoursup, faisait une proposition de formation, la meilleure possible d'après les souhaits des bacheliers. Ils avaient tout intérêt à l'accepter sans rechigner. Mais cette année, Parcoursup permet aux élèves d'avoir une réponse pour chacun de leurs voeux et de gérer ces réponses comme ils l'entendent. Ils peuvent donc hésiter, jusqu'en septembre s'il le faut.

"On peut choisir, on peut attendre en même temps pour autre chose, on peut garder sa place, poursuit Nina. Puisque nous avons le libre choix, on ne sait pas s'il faut s'inscrire et abandonner l'autre qu'on n'aura pas. On ne sait pas trop gérer ce qu'on veut, ce qu'on ne veut pas."

Des élèves indécis qui bloquent la machine Parcoursup

Le dilemme est difficile à gérer à 18 ans. Nina a du mal à se résigner et à accepter la proposition qui lui a été faite. "Je pense qu'on veut toujours le meilleur. On ne se contente pas de ce qu'on a alors que c'est déjà très bien et qu'il y en a qui n'ont pas eu ce qu'ils voulaient vraiment, on fait les difficiles". 

Dommage collatéral : les 100 000 élèves indécis, non résignés comme Nina, bloquent la machine, notamment pour Marine. Elle veut devenir enseignante et a demandé deux licences de sciences de l'éducation. Elle est sur liste d'attente et n'a toujours reçu aucune proposition, comme près de 15 000 autres élèves. Elle en veut un peu à ces camarades indécis.

"Il y a beaucoup d'étudiants qui n'ont pas encore validé leurs vœux qui maintiennent des places inutilement. C'est normal d'attendre quelques temps mais à ce stade je trouve que c'est un peu exagéré."

Pour pousser les élèves qui n'ont toujours pas validé définitivement une proposition à le faire et parce que la rentrée approche à grands pas, certaines formations, comme les classes préparatoires mais aussi les BTS ont avancé leur date limite d'inscription à lundi prochain.

100 000 élèves attendent de meilleures propositions de la part de Parcousup : le reportage de Solenne le Hen
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne