Climat : Greta Thunberg, reçue par Angela Merkel, dénonce "l'inaction politique" des gouvernements européens

Greta Thunberg à son arrivée à la conférence de presse après sa rencontre avec Angela Merkel, le 20 août 2020 à Berlin, aux côtés de deux autres activistes pour le climat, Luisa Neubauer (à gauche) et Adélaïde Charlier (à droite).
Greta Thunberg à son arrivée à la conférence de presse après sa rencontre avec Angela Merkel, le 20 août 2020 à Berlin, aux côtés de deux autres activistes pour le climat, Luisa Neubauer (à gauche) et Adélaïde Charlier (à droite). (KAY NIETFELD / DPA / AFP)

Dans une lettre au vitriol adressée aux dirigeants européens, l'adolescente dénonce "l'inaction politique" qui perdure selon elle au sujet de la protection climatique.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Mobilisée depuis tout juste deux ans pour le climat, la militante suédoise Greta Thunberg a profité d'une rencontre, jeudi 20 août, avec Angela Merkel pour tenter, face à "l'inaction politique", de donner un nouveau souffle à son mouvement freiné par l'épidémie de Covid-19. La date du 20 août revêt une importance "symbolique", a-t-elle confié à la presse après sa rencontre avec la chancelière allemande à Berlin.

Greta Thunberg, alors âgée de 15 ans et encore inconnue, avait en effet entamé le 20 août 2018 une grève scolaire devant le Parlement suédois à Stockholm. Cette mobilisation s'est muée au fil des mois en mouvement, baptisé "Fridays for future", auquel ont participé chaque semaine des milliers de jeunes Européens.

Les gouvernements européens dans le "déni"

Ce succès, combiné à une poussée du vote écologiste dans nombre de pays, ne semble cependant pas avoir fait avancer la cause climatique, regrette Greta Thunberg. Dans une lettre au vitriol adressée aux dirigeants européens, elle dénonce ainsi jeudi "l'inaction politique" qui perdure selon elle au sujet de la protection climatique et le "déni" des gouvernements.

"L'UE doit enfin agir, l'Allemagne doit prendre l'initiative : les investissements dans les combustibles fossiles doivent cesser, l'écocide doit devenir une infraction punissable", demande-t-elle. "Lorsqu'il s'agit d'agir, nous sommes toujours dans un état de déni. La crise climatique et écologique n'a jamais été traitée comme une crise", déplore Greta Thunberg.

La militante de 17 ans a été reçue pendant une heure et demie par Angela Merkel avec d'autres membres du mouvement, Luisa Neubauer (Allemagne), ainsi qu'Anuna de Wever et Adélaïde Charlier (Belgique).

Vous êtes à nouveau en ligne