Montpellier : sabotage à l'université

France 2

À la faculté Paul Valéry à Montpellier (Hérault), les étudiants passaient depuis plusieurs jours leurs examens sur internet. Mais la salle des serveurs vient d'être sabotée.

La tension est montée d'un cran ce matin sur le campus, où professeurs et étudiants tentent encore de dialoguer. "Nous avons tendu une main bienveillante au mouvement étudiant. Nous avons proposé un dialogue. La réponse que nous avons obtenu hier, c'est le saccage des serveurs, c'est l'occupation de nuit et c'est d'autres dégradations dans certains locaux, résume Laurent Fauré, enseignant-chercheur à l'université Paul Valéry de Montpellier (Hérault). Pour nous, ce n'est pas une réponse." Depuis hier, certains enseignants et administratifs se sentent trahis.

Toute l'administration se trouve bloquée

"Vous avez cassé du matériel hier, il y a des gens en cagoule dans cet établissement, ce sont des choses qui sont inégales", explique un enseignant à un étudiant. Hier, un groupe d'invididus cagoulés a vandalisé le serveur informatique de l'université. Aujourd'hui, c'est toute l'administration qui se trouve bloquée : les mails, les salaires du personnel mais surtout les examens en ligne qui venaient de commencer. C'était bien ça la cible de l'attaque. Un jeune interrogé, foulard sur le visage, justifie cet acte : "On bloque les accès aux partiels, on met le semestre sur internet. Ils ripostent OK, dans ces cas-là s'ils ripostent comme ça nous aussi on riposte, et en cassant les serveurs". Rien ne prouve encore que la dégradation soit le fait des jeunes bloqueurs.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne