La taxation des campings varois : coup de massue fiscal

Une taxe foncière multipliée par 10 ou plus. C'est la mauvaise surprise qui pourrait s'appliquer aux campings varois. Conséquence d'une réforme fiscale. Si rien ne change, ce serait un vrai coup dur pour l'hôtellerie de plein air qui craint pour sa survie. 

Le Var compte environ 200 campings. Le secteur emploie 2000 salariés. Face à la hausse programmée de la taxe foncière, la note s'annonce salée. A  Hyères, le camping "Les Palmiers", l'un des plus grands dans le département, a déjà fait le calcul. Cette année, l'établissement s'est acquitté d'un impôt de 17 742 euros. Le montant s'élèverait à 393 000 euros en 2025.  Soit une taxe foncière multipliée par 20 en 6 ans. Les professionnels sont inquiets des nombreuses conséquences notamment sur l'achat de matériel et l'embauche de personnel.

Une révision de la valeur locative 

C'est une révision de la valeur locative des campings qui est à l'origine de ce coup de massue fiscal. Cette valeur inchangée depuis 1961 ne reflétait plus la réalité du marché. Après la réforme, un établissement devra payer 12.40 euros par mètre carré dans le Var contre environ 2 euros du mètre carré dans les Bouches du Rhône ou les Alpes Maritimes. Le syndicat de l'hôtellerie en plein air du Var - qui regroupe 180 campings adhérents, et compte 1 574 équivalents temps plein salariés, soit 64 M€ de salaires versés annuellement -  dénonce les conséquences de cette révision. 

Si cette décision est maintenue, je pense que à terme de trois ans, à peu près 45% des campings du Var auront disparu.

Michel Nore Président du syndicat de l'hôtellerie de plein air du Var

Une réévaluation des valeurs locatives est par conséquent demandée. Le niveau de taxation disproportionné, devrait être conforme aux dispositions prises dans les départements voisins. Un enjeu de taille pour le Var, premier département touristique français qui a accueilli l'an dernier plus de 10 millions de vacanciers. 

 


Vous êtes à nouveau en ligne