Hausse des frais à l'université pour les étudiants étrangers : des associations vont saisir le Conseil d'Etat

Un amphitéâtre de l\'université de Renne 1, le 8 septembre 2011. (photo d\'illustration) 
Un amphitéâtre de l'université de Renne 1, le 8 septembre 2011. (photo d'illustration)  (MAXPPP)

Un recours pour "excès de pouvoir" va être déposé dans les prochaines semaines.

Elles pointent une "rupture d'égalité" entre étudiants extra-européens et européens. Plusieurs associations ont annoncé, jeudi 25 avril, qu'elles allaient déposer un recours devant le Conseil d'Etat pour contester la hausse controversée des frais d'inscription pour les étudiants extra-européens, qui vient d'être publiée au Journal officiel.

Ce recours, pour "excès de pouvoir", devrait être déposé dans les prochaines semaines, a précisé en conférence de presse Laurence Roques, présidente du Syndicat des avocats de France, qui soutient cette action au côté notamment de l'Unef. La présidente du syndicat étudiant, Mélanie Luce, a dénoncé une décision "discriminatoire" qui instaurera une "sélection sociale" entre les étudiants étrangers. 

Certaines universités exonéreront leurs étudiants

A partir de la rentrée prochaine, les étudiants extra-européens devront ainsi s'acquitter de 2 770 euros en licence et 3 770 euros en master et doctorat, soit plus de dix fois plus que leurs homologues européens, selon l'arrêté du ministère de l'Enseignement supérieurSoit des frais 15 à 16 fois plus élevés que pour leurs homologues européens. Plusieurs universités en France ont fait savoir qu'elles n'appliqueraient pas cette mesure en utilisant la possibilité d'exonérer de frais une partie de leurs effectifs.

Vous êtes à nouveau en ligne