Noisy-le-Sec : des profs font grève après deux agressions d'élèves, le proviseur ferme le lycée

Le lycée professionnel Théodore-Monod, à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis).
Le lycée professionnel Théodore-Monod, à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). ( GOOGLE MAPS)

La direction a pris cette décision jeudi 15 octobre, alors que les enseignants sont en grève depuis mardi. Ils réclament des moyens supplémentaires, après deux agressions, dont l'une à l'arme blanche, ces derniers jours.

Ils demandent des moyens supplémentaires pour assurer la sécurité des élèves. Des professeurs du lycée professionnel Théodore-Monod de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) sont en grève depuis mardi 13 octobre. Ils ont entamé ce mouvement après une agression à l'arme blanche devant l'établissement le 9 octobre, puis une deuxième agression dans les couloirs, lundi, au cours de laquelle une jeune fille a été rouée de coups.

Jeudi 15 octobre, des élèves ont voulu se joindre à la grève des professeurs, en organisant un blocus. "De nombreux lycéens se sont retrouvés devant les grilles de l'établissement, sous la surveillance d'une vingtaine de policiers qui, pour certains, avaient le casque à la ceinture", relate France Info. Le proviseur a donc pris la décision de fermer le lycée pour la journée, précise la radio sur son site.

Un rendez-vous avec le rectorat fixé au 3 novembre

"Un émissaire du rectorat est depuis arrivé sur place, pour discuter avec les professeurs", poursuit France Info. La plupart des élèves ont quitté l'établissement, selon la radio. Les grévistes réclament deux postes de surveillant supplémentaires selon France Info, un seul d'après Le Parisien.

Mercredi, des professeurs grévistes se sont rendus au rectorat de Créteil (Val-de-Marne). Ils n'ont pas été reçus, mais ont obtenu un rendez-vous à la rentrée, le 3 novembre, indique Le Parisien. Concernant les disputes violentes, la direction départementale de l'Education nationale estime, selon le quotidien, "qu'il s'agissait d'une dispute à la lime à ongles et d'une bousculade suivie d'un peu d'effervescence dans un couloir".

Vous êtes à nouveau en ligne