VRAI OU FAKE Les enseignants français sont-ils moins bien payés que leurs confrères étrangers ?

Des enfants écoutent leur enseignante dans une école de Marseille, le jour de la rentrée scolaire, le 2 septembre 2019.
Des enfants écoutent leur enseignante dans une école de Marseille, le jour de la rentrée scolaire, le 2 septembre 2019. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Le rapport annuel de l'OCDE sur l'éducation permet de mesurer les écarts de rémunération entre les professeurs de différents pays membres. Il en ressort que les enseignants français du primaire sont plutôt moins bien payés que leurs homologues étrangers. Ceux du secondaire touchent un salaire proche de la moyenne mais loin des plus élevés.

"Non, les profs ne sont pas mal payés", clame LCI. Oui, les profs sont "sous-payés", assure Le Point. Le rapport annuel de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Regards sur l'éducation, a suscité une avalanche de reprises dans la presse. Et certains médias en ont tiré des conclusions diamétralement opposées sur les écarts de rémunération entre les enseignants de la trentaine de pays membres de l'OCDE. Sur les réseaux sociaux, des professeurs ont réagi en produisant leur fiche de paie, avec le hashtag #BalanceTaFichedePaiedeProf.

Comme l'explique franceinfo dans cet article, l'OCDE donne pour chaque Etat membre le salaire annuel moyen brut, exprimé en dollars, à partir des chiffres communiqués par les différents pays en 2017. Les statisticiens de l'organisation appliquent un taux de conversion monétaire en parités de pouvoir d'achat, afin de pouvoir comparer des rémunérations disparates (en euros, en dollars, en shekels ou en livres turques...) et des systèmes éducatifs divers (France, Turquie, Slovénie, Etats-Unis...). Le blog de franceinfo L'Instit Humeurs décortique cette méthode de calcul statistique. 

Pour se faire une idée, franceinfo a comparé les salaires annuels moyens, primes et indemnités incluses, des enseignants des différents pays de l'OCDE, selon trois catégories (primaire, collège et lycée) et deux cas de figure (début de carrière et fin de carrière).

Une rémunération autour de la moyenne, mais loin des champions

En primaire, un enseignant français est moins bien payé que la majorité de ses confrères de l'OCDE, avec un salaire annuel moyen brut, primes et indemnités comprises, de 39 426 dollars en 2017. C'est inférieur à la moyenne des pays de l'OCDE : 41 578 dollars. C'est surtout très loin des champions allemands (68 747), autrichiens (58 130) et australiens (55 312). 

Au collège, la situation s'améliore pour l'enseignant français (45 375 dollars), qui gagne mieux sa vie que la moyenne de ses homologues de l'OCDE (43 665). La France est toutefois loin du trio de tête : l'Allemagne (75 904), les Pays-Bas (68 771) et l'Autriche (67 894).

Au lycée, l'enseignant français gagne certes plus d'argent (51 007 dollars) que la moyenne de ses semblables au sein de l'OCDE (47 059), mais il reste à la traîne : l'Allemagne (80 483), l'Autriche (74 920) ou les Pays-Bas (68 771) dominent largement le classement.

En début de carrière, un salaire proche de la moyenne, mais très loin des meilleurs

Entre 25 et 34 ans, un enseignant français en primaire gagne moins bien sa vie (33 734 dollars) que la moyenne des professeurs des pays de l'OCDE (35 684). Et ses homologues danois (50 805), australiens (50 573) et néerlandais (46 794), premiers de la classe, sont bien mieux lotis que lui. 

La situation de l'enseignant au collège en début de carrière est un peu plus enviable. Avec 37 634 dollars, il touche un meilleur salaire que la moyenne de ses confrères de l'OCDE (37 019). Mais une fois encore, sa rémunération est très inférieure à celle des champions du classement : les Pays-Bas (53 994), l'Australie (51 500) et le Danemark (51 110).

Le jeune professeur au lycée perçoit lui aussi un salaire très légèrement supérieur (39 665 dollars) à la moyenne de ceux de l'OCDE (39 580). Mais là encore, sa rémunération est très éloignée des enseignants les mieux payés de l'OCDE : les Danois (54 689), Néerlandais (53 994) et Australiens (51 500), notamment.

En fin de carrière, une paie qui s'éloigne de la moyenne mais reste à la traîne

Entre 55 et 64 ans, l'enseignant français de primaire touche un salaire inférieur à celui de ses confrères de l'OCDE : 46 298 dollars contre 47 886. Et une fois de plus, sa rémunération est très inférieure à celle de ses homologues en fin de carrière en Autriche (73 724), aux Etats-Unis (61 956) ou aux Pays-Bas (59 023).

Un enseignant en fin de carrière au collège gagne en revanche beaucoup mieux sa vie en France (54 444 dollars) que dans la moyenne des pays de l'OCDE (49 944). Son salaire se rapproche de celui des meilleurs de la classe. Mais les professeurs autrichiens (83 167), néerlandais (76 347) et américains (61 919) font encore la course en tête.

La situation financière d'un enseignant de lycée approchant de l'âge de la retraite est similaire. Avec 58 636 dollars, le prof français est mieux rémunéré que la moyenne dans l'OCDE (54 139), mais il reste nettement moins bien payé que l'Autrichien (91 260), le Néerlandais (76 347) et le Danois (71 799).

En conclusion, il ressort de cette étude de l'OCDE que l'enseignant français du primaire est moins bien payé que la moyenne. Le prof de collège et, a fortiori, du lycée a une situation un peu plus enviable. Son salaire annuel moyen brut, primes et indemnités comprises, flirte avec la moyenne en début de carrière et s'en écarte en fin de carrière, mais reste très inférieur à celui des meilleurs de la classe. 

Vous êtes à nouveau en ligne