La Cour des comptes attribue un zéro pointé au fiasco France Business School

France Business School a décidé de se dissoudre en 2015. Capture d\'écran de la page d\'accueil du site FBS en février 2017.
France Business School a décidé de se dissoudre en 2015. Capture d'écran de la page d'accueil du site FBS en février 2017. (CAPTURE ECRAN / RADIO FRANCE)

Dans son rapport annuel publié mercredi, la Cour des comptes épingle la tentative de regroupement ratée de quatre écoles de commerce entre 2012 et 2015. Un naufrage qui aura coûté cher aux 6 500 élèves, mais aussi aux contribuables.

"Une fusion ratée". C'est avec des mots très durs que la Cour des comptes juge dans son rapport annuel publié mercredi 8 février la fusion de quatre écoles de commerce, celles d'Amiens, Brest, Tours-Poitiers et Clermont-Ferrand, regroupées jusqu'en 2015 sous le nom de France Business School. Un naufrage qui aura coûté cher aux 6 500 élèves, mais aussi aux contribuables.

Manque de sérieux

Pourtant, regrouper des écoles de commerce pour mutualiser les moyens et être plus fort à l'international était une idée a priori pertinente, note la Cour des comptes. Mais dès sa naissance en 2012, l'aventure France Business School part très mal : objectifs pédagogiques flous, gouvernance déficiente, excès de confiance dans un modèle économique irréaliste, une "gestion défaillante" et une "comptabilité totalement désorganisée", souligne le rapport des sages.

Un surcoût estimé à plus de 36,5 millions d'euros

Là où France Business School trouve grâce aux yeux de la Cour des comptes, c'est quand l'association décide de se dissoudre, en 2015. "Cela a évité un bilan encore plus désastreux", ironisent presque les experts. Mais une liquidation à quel prix ? Au total, 181 emplois ont été supprimés et le surcoût est estimé à plus de 36,5 millions d'euros, à la charge des chambres de commerce et d'industrie et des CT, donc du contribuable. A l’arrivée, 85 élèves sont sortis avec un diplôme sans valeur, sans master. Chacun d'eux avaient pourtant déboursé près de 20 000 euros de frais d'inscription en deux ans.