VIDEO. Dans une école de Bruxelles, l'empathie est enseignée aux élèves

BRUT

En Belgique, Esma Saban, professeure de philosophie citoyenne, invite les élèves à exprimer leurs émotions dès le plus jeune âge.

Entre les cours de mathématiques, de français et d'histoire, les élèves apprennent à gérer leurs émotions. Dans cette école bruxelloise, Esma Saban, professeure de philosophie citoyenne, donne des cours d'empathie aux enfants. 

L'arrivée en classe est importante. En file d'attente, les élèves se succèdent un par un pour faire un câlin à l'enseignante. Puis des cartes leur sont distribuées, chacune est assignée à une émotion. Les enfants les sélectionnent en fonction de leurs états d'âme et expliquent leurs choix à leurs camarades de classe. "J'ai eu la rage", précise une élève avant d'expliquer que de "vilains mots" avaient été adressés à sa famille. "J'étais jalouse", confie une autre qui reproche à sa sœur d'attirer toute l'attention de leur mère. 

"J'ai observé que quand un enfant est dans une émotion, (…) il a du mal à discerner les choses", constate Esma Saban. Pour éclairer ses élèves, la professeure les encourage à exprimer leurs humeurs tout en prenant le soin de détailler le rôle et le fonctionnement de ces états affectifs.  

Exprimer ses sentiments 

"Ça détecte peut-être des choses qui se passent, qui sont violentes et qui n'ont pas lieu d'être", souligne l'enseignante. En effet, en faisant part de leurs troubles, les élèves ont l'opportunité de les appréhender et éventuellement d'y mettre un terme. "Ça me permet d'aller ouvrir des portes qui ne sont pas ouvertes d'emblée", poursuit la professeure.

Dans la classe, les enfants interagissent, débattent et s'interrogent. Ils évoquent des affects qu'ils ont si souvent l'habitude de dissimuler : "Je dis tout ce que j'ai dans mon cœur", indique avec poésie une élève. 

Vous êtes à nouveau en ligne