Voir la vidéo
France info

Education : les grands perdants des classes de CP dédoublées

La réforme du CP et du CE1 mise en place par Emmanuel Macron entraîne créations et suppressions de postes. Afin que les effectifs puissent être réduits dans les zones prioritaires, des classes de zones rurales et "favorisées" seront supprimées.

Emmanuel Macron l'avait promis pendant sa campagne : en zone prioritaire, les classes de CP et de CE1 seront dédoublées d'ici 2019. À la rentrée 2017, 2500 CP prioritaires sont déjà passés à 12 élèves par classe. À la rentrée prochaine, 5600 classes de CP seront dédoublées. Le gouvernement a annoncé la création de 3881 postes supplémentaires. En marge de ces créations de postes, certaines classes ferment.

Les zones rurales et "favorisées" souffrent de la réforme

Selon Marceau Privat, représentant du syndicat SNUipp-FSU, ces phénomènes sont liés : "Aucun moyen n'est donné donc l'inspectrice d'Académie récupère des postes partout où elle peut. Les écoles rurales et de quartiers dits 'favorisés' se retrouvent donc avec des effectifs allant de 28 à 30, voire 35 élèves par classe." Chaque année en France, des classes sont fermées en fonction des baisses démographiques. En 2018, l'Éducation nationale va ainsi récupérer 1300 postes. Ces arbitrages provoquent la colère des écoles rurales et des zones dites "favorisées". Dans tous les cas de figure, selon les syndicats, il manquerait 2000 postes pour mener à bien la réforme du dédoublement.