DIRECT. Grève dans l'Education nationale : près de 4 000 manifestants à Paris

Des enseignants et des fonctionnaires de l\'Education nationale manifestent à Paris le 12 novembre 2018.
Des enseignants et des fonctionnaires de l'Education nationale manifestent à Paris le 12 novembre 2018. (MAXPPP)

Les syndicats des fédérations FSU, CFDT et Unsa dans le primaire et le secondaire ont appelé à la grève, dans le public et le privé, pour réclamer l'annulation des suppressions de postes prévues.

La grève contre les suppressions de postes dans l'Education nationale, à l'appel de tous les syndicats, est suivie, lundi 12 novembre, par 11,33% des enseignants, selon les chiffres du ministère communiqués à la mi-journée. Des manifestations sont prévues dans les grandes villes, tandis qu'à Paris, un cortège s'est élancé vers 14h30 pour rallier le ministère. Suivez sur franceinfo cet appel à la grève.

Des milliers de manifestants à travers la France. A Paris, quelque 3 900 personnes ont défilé, selon la préfecture de police. A Lyon, 2 500 personnes ont manifesté, selon les syndicats, 1 800 selon la préfecture. A Nantes, environ 850 personnes se sont rassemblées selon la police, entre 1 200 et 1 500 selon les organisateurs. Quelque 800 personnes ont aussi défilé à Caen, 700 à Clermond-Ferrand, 700 à Saint-Etienne, 800 à Lille, selon les préfectures.

Divergence autour de l'ampleur de la mobilisation. Dans le détail, 8,69% des enseignants du premier degré suivent cet appel et 13,76% du second degré, selon des moyennes pondérées citées par le ministère de l'Education nationale. De leur côté, les syndicats estiment le taux de grévistes à un quart dans les écoles maternelles et élémentaires et près de la moitié dans les lycées et collèges. 

"Qu'on se mette autour de la table". "Il y a une exaspération extrêmement profonde dans le monde enseignant et au même moment, on annonce des suppressions d'emplois". Laurent Berger, secrétaire national de la CFDT, a évoqué sur franceinfo lundi l'exaspération des enseignants qui "n'en peuvent plus". Il espère que la grève permettra "qu'on se mette autour de la table, qu'on discute sur les moyens nécessaires à l'éducation".

Ils réclament l'annulation des suppressions de postes. Les syndicats des fédérations FSU, CFDT et Unsa, dans le primaire (écoles maternelles et élémentaires) et le secondaire (collèges et lycées) ont appelé à la grève, dans le public et le privé, pour réclamer l'annulation de ces suppressions de postes.

22h59 : Voici quelques témoignages glanés par France 2 dans les cortèges d'enseignants grévistes aujourd'hui.

(FRANCE 2)

19h14 : Oui, @anonyme. Je n'ai pas les chiffres pour l'ensemble du pays, mais voici ceux des grandes villes. Selon les autorités, 3 900 personnes ont défilé à Paris, 1 800 à Lyon (2 500 selon les syndicats), 1 000 à Marseille et 850 à Nantes (entre 1 200 et 1 500 selon les syndicats).

19h13 : Bonjour, avez-vous des chiffres sur les manifestations dans l'éducation nationale ?

15h47 : Les manifestations d'enseignants se poursuivent dans toute la France en ce début d'après-midi, comme celle de Paris ci-dessous. Si vous ne connaissez pas les raisons de leur mobilisation, elles sont résumées dans cet article.



(CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

15h00 : Le cortège de la manifestation parisienne des enseignants et employés de l'Education nationale est parti du jardin du Luxembourg un peu après 14 heures. Voici quelques images de militants et de politiques sur place.

13h26 : Près de 200 personnes devant l’inspection académique à Pau pour réclamer plus de moyens pour l’éducation nationale #greve12novembre








13h37 : En attendant celle de Paris, qui doit débuter à 14 heures, des manifestations ont eu lieu dans de nombreuses villes de France ce matin.

13h26 : Bataille de chiffres autour de la grève des enseignants. Le Snuipp-FSU, premier syndicat dans le primaire, estime qu'un quart d'entre eux n'a pas fait école lundi, contre 8,69% selon le ministère de l'Education nationale. Le Snes-FSU, premier syndicat dans le secondaire, évoque un taux de grévistes de 50% dans les collèges et lycées, alors que le ministère l'estime à 13,76% des enseignants.

12h15 : La grève est davantage suivie par les enseignants du second degré, c'est-à-dire des collèges et lycées (13,76%), que ceux du premier degré (8,69%). Elle a en effet pour motif de dénoncer les suppressions de postes prévues en 2019, qui touchent presque entièrement le secondaire : 2 650 postes en moins dans les collèges et lycées publics, 550 dans le privé et 400 dans l'administration, tandis que 1 800 postes doivent être créés dans le primaire.

12h11 : Si l'on prend en compte l'ensemble des employés de l'Education nationale, le taux de grévistes est de 9,92%, selon les chiffres annoncés par le ministère.

12h10 : La grève dans l'Education nationale est suivie par 11,33% des enseignants.

11h54 : Pancartes en main, les personnels de l'Education nationale commencent à défiler un peu partout dans les rues de France. Exemple ici à Nantes.

10h37 : Vous ne comprenez pas tout aux revendications des personnels de l'Education nationale qui sont en grève aujourd'hui ? Je vous propose de jeter un œil à ce reportage de France 2.




(FRANCE 2)


10h26 : Alors qu'enseignants et personnels d'établissements scolaires sont appelés à la grève aujourd'hui, un sondage Odoxa pour la presse régionale révèle que sept Français sur 10 estiment que les enseignants sont "compétents". Plus de détails chez nos confrères du Télégramme.

10h10 : "Un très mauvais signe pour la rentrée prochaine".


Comme les autres fédérations des personnels de l'Education nationale, l'Unsa déplore les coupes prévues dans le budget 2019 de l'Education nationale. "Il n’y avait plus de suppressions de postes depuis 2012", a expliqué ce matin sur franceinfo Stéphane Crochet, secrétaire général du SE-Unsa. Tous les détails ici.



(MAXPPP)

10h45 : C'est jour de grève aujourd'hui dans l'Education nationale. Tous les syndicats appellent les personnels à cesser le travail pour dénoncer la suppression de 2 650 postes de professeurs en 2019. Le mouvement risque de perturber le bon déroulé des cours. A l'image du lycée Édouard-Branly à Créteil (Val-de-Marne). C'est dans cet établissement qu'une enseignante a été menacée par un élève avec un pistolet factice en plein cours fin octobre.

10h10 : Cet appel à la grève de tous les syndicats de l'Education nationale représentant les personnels est une première depuis 2011. Des manifestations sont prévues dans les grandes villes. A Paris, un cortège s'élancera à 14 heures pour rallier le ministère.

10h10 : C'est jour de grève aujourd'hui dans l'Education nationale. Tous les syndicats appellent les personnels à cesser le travail pour dénoncer la suppression de 2 650 postes de professeurs en 2019. Le mouvement risque de perturber le bon déroulé des cours dans les écoles, les collèges et les lycées. Toutes les informations à lire ici.

Vous êtes à nouveau en ligne