Bac pro : des résultats variés, pas assez de débouchés

(Journée portes ouvertes au lycée professionnel Marcel Deprez dans le 11e arrondissement de Paris © MaxPPP)

Un rapport publié ce mercredi par le Conseil national d'évaluation du système scolaire pointe le gâchis des lycées professionnels, mal considérés alors que 40% des jeunes de 15-18 ans y sont scolarisés.

 A une semaine du bac, c'est un rapport assez négatif qui est publié aujourd'hui sur les lycées professionnels. Il émane du CNESCO, le conseil national d'évaluation du système scolaire.

 

Les différents bacs professionnels sont mal connus, souvent mal aimés, et pourtant près de 40% des jeunes de 15-18 ans sont scolarisés dans l'enseignement professionnel ou en apprentissage. Les taux de réussite sont très variés d'une filière à l'autre et certaines sont bouchées selon ce rapport. De nombreux jeunes se retrouvent donc au chômage trois ans après leur bac pro. 

Trop peu de débouchés 

S’il existe des exceptions comme les bacs pro-aéronautique, énergie, génie climatique ou restauration qui affichent de très bons taux d'insertion, dans l'ensemble, beaucoup de filières professionnelles offrent trop peu de débouchés selon ce rapport. Et pourtant les bacs pro spécialisés en commerce, gestion ou services à la personne accueillent de nombreux lycéens, en particulier des filles issues de familles immigrées et modestes. 

Informer mieux 

Il s’agit donc, toujours selon le rapport, de mieux informer les élèves et adapter régulièrement les formations aux besoins des entreprises. "Il existe toute une série de formation pour lesquelles, à leur issue, un tiers des élèves cherchent de l’emploi. Il faut dès lors qu’il y ait des études approfondies sur les métiers qui recruteront et informer sur les débouchés qui existent en région ", explique Nathalie Mons, la directrice du centre national d'évaluation du système scolaire.

 

Il faut donc réorienter les formations professionnelles et permettre aux élèves de continuer après le bac : aujourd'hui seul un tiers des bacheliers professionnels poursuivent des études et quand ils s'inscrivent en BTS, à peine 60% décrochent leur diplôme. Selon ce rapport, l’enjeu est national. Mais le lycée pro reste le grand oublié des politiques ministérielles.

Vous êtes à nouveau en ligne