VIDEO. Pouvoir d'achat : du nord au sud, l'Italie à deux vitesses

AVENUE DE L'EUROPE / FRANCE 3

En Italie, où le fossé nord-sud reste profond, les salaires affichent de nettes différences selon l'endroit où l'on vit. Et les femmes sont les plus touchées par cette réalité. Extrait du magazine "Avenue de l'Europe" de mai 2019.

L'Italie est une république démocratique fondée sur le travail. C'est l'article 1 de la Constitution italienne. Pourtant, à l'abri des regards, la misère féminine continue y à être exploitée. 

Dans le sud du pays, où les femmes travaillent deux fois moins que la moyenne européenne, "Avenue de l'Europe" a rencontré l'une des petites mains du "made in Italy". Gloria est couturière. Elle travaille au noir à son domicile, pour des sommes dérisoires. Jour et nuit, elle s'use les mains pour de grandes marques, via des intermédiaires qui la rétribuent environ 2,50 euros de l'heure. 

Dans le Sud, les femmes travaillent deux fois moins que la moyenne européenne

Teresa a elle aussi été l'une de ces petites mains exploitées. Comme de nombreuses Italiennes du Sud, elle a choisi de partir pour le Nord. Le fossé historique reste profond entre les deux Italie, et la condition féminine n'y échappe pas. Dans le Nord, les femmes sont ainsi 67% à avoir une activité professionnelle.

Teresa a donc quitté Naples pour Bologne, où elle a trouvé un emploi dans une fonderie. Elle fabrique maintenant des pièces d'acier pour l'industrie automobile symbole de l'excellence italienne : Fiat, Ferrari… Et elle adore son travail d'ouvrière métallurgiste. 

La fonderie ATS Microcast emploie autant de femmes que d'hommes. A travail égal, elles perçoivent le même salaire. Avec 1 600 euros mensuels net après impôts, Teresa estime disposer d'un bon pouvoir d'achat. Grâce à son travail, sa famille ne manque de rien. 

Extrait de "Italie, deux en un", un reportage à voir dans "Avenue de l'Europe" le 22 mai 2019.

Vous êtes à nouveau en ligne