VIDEO. "Je suis féministe", assure Eric Dupond-Moretti au "20 heures" de France 2

Néanmoins, "le féminisme (...) est dévoyé quand il est excessif", a-t-il estimé.

Elles ont été nombreuses à critiquer sa nomination à la Chancellerie. Entre Eric Dupond-Moretti et les associations féministes, les relations sont plutôt froides. En cause : de nombreuses déclarations de l'ancien avocat, qui a par exemple apporté son soutien à Dominique Strauss-Kahn ou à Bertrand Cantat, ou désapprouvé le mouvement #balancetonporc et la création d'un outrage sexiste, comme le rappelle France Inter.

Pourtant, "je le dis sans rougir : je suis féministe", a assuré le nouveau ministre de la Justice dimanche 19 juillet, lors du "20 heures" de France 2. "J'ai dit que j'étais pour une égalité absolue des droits des hommes et des droits des femmes, notamment sur les questions salariales. J'ai dit que #MeToo avait libéré la parole de la femme et que c'était un bien. (...)  J'ai dit qu'il fallait condamner les salauds qui se tenaient mal avec les femmes", a poursuivi Eric Dupond-Moretti.

"La justice ne se rend pas sur les réseaux sociaux"

Néanmoins, si "le féminisme est une très grande cause", "il est dévoyé quand il est excessif", a aussi estimé le garde des Sceaux. "J'ai dit que la justice ne se rendait pas sur les réseaux sociaux, que la toile ne pouvait pas être le réceptacle de ces plaintes, que la justice devait intervenir".

J'ai dit aussi qu'il pouvait arriver que des hommes puissent être accusés à tort.

Eric Dupond-Moretti

au "20 heures" de France 2

"Je ne veux pas d'une moralisation comme on la voit aux Etats-Unis, je veux qu'un homme puisse prendre un ascenseur avec une femme. Et la guerre des sexes, franchement je trouve qu'elle est inutile", a conclu le ministre.

Vous êtes à nouveau en ligne