VIDEO. Au Parlement japonais, la tension monte au sujet des talons hauts au travail

BRUT

Ce 5 juin, le Parlement japonais a été le théâtre d'un échange houleux entre la députée Kanako Otsuji et le ministre du Travail Takumi Nemoto.

Au Japon, les entreprises ont le droit d'imposer des chaussures à talons hauts aux femmes. Une pression que pointe le hashtag #KuToo, soutenu par des milliers de Japonaises qui ont souhaité s'insurger contre cette mesure discriminatoire. Le mouvement social a fait écho au Parlement japonais ce 5 juin. En pleine séance, la députée Kanako Otsuji a interpellé le ministre du Travail Takumi Nemoto afin de lui préciser que cette loi "caduque" soulèvait également des problèmes liés à la santé et la sécurité des employés. "Aucun lieu de travail ne devrait obliger les femmes à porter des talons ou des escarpins", a lancé la femme politique. 

Une indignation 

Le ministre n'a pas sourcillé devant les accusations de la députée, prétextant que le port des talons était issu de "coutumes sociales" et qu'il pouvait être "professionnellement nécessaire". Face aux réponses courtes et évasives du politicien, Kanako Otsuji n'a eu d'autres choix que de s'adresser directement à la vice-ministre Emiko Takagai, plus à même de répondre au sujet. Celle-ci a reconnu l'incohérence d'une telle obligation. La députée a conclu cet échange houleux en rappelant au ministre du Travail que la loi en vigueur constituait "un harcèlement" pour toutes les travailleuses japonaises.

Vous êtes à nouveau en ligne