Sacs Auchan misogynes : "On attend désormais qu’Auchan produise des excuses"

Chariots de la marque Auchan. Image d\'illustration. 
Chariots de la marque Auchan. Image d'illustration.  (BONNIERE PASCAL / MAXPPP)

Florian Silnicki, expert en stratégie de communication, a réagi à la polémique née des propos misogynes diffusés par l'enseigne Auchan sur ses sacs de courses. Il a dénoncé une "stratégie pensée à des fins cyniques"

Auchan a retiré ses sacs après la polémique déclenchée par les slogans misogynes qui y figuraient. "Hourra j’ai la carte de crédit de mon mec" pouvait-on lire. Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité femmes hommes avait réagi sur Twitter, condamnant la marque qui a "un siècle de retard."

Pour Florian Silnicki, expert en stratégie de communication, cette stratégie a d’abord été "pensée à des fins cyniques", or aujourd’hui, "la provoc sexiste ne fait plus vendre" estime-t-il ce mercredi sur franceinfo.

franceinfo : comment, en 2017, des services de marketing peuvent-ils encore imaginer de tels visuels ?

Florian Silnicki : C’est choquant et c’est d’autant plus primitif et dégoutant de constater que ce sont ces esprits brillants, les marqueteurs, qui ont produit un contenu aussi misogyne. Nous n’avons rien appris de l’étude Unilever parue il y a un an qui montrait que seulement 2% des publicités donnait à des femmes des rôles à responsabilités.

Un badd buzz reste-t-il un buzz pour Auchan ?

Certaines marques et certains esprits cyniques ont théorisé l’idée selon laquelle il valait mieux qu’on parle d'eux, que ce soit en bien ou en mal, pour améliorer la visibilité. Internet et les consommateurs n’oublient rien. Les marques doivent en prendre conscience car il n y a rien de plus précieux pour une marque que sa réputation. 

Derrière ces contenus, c’est la promotion d’une violence sociale et d’un stéréotype sexuel. Florian Silnicki, expert en stratégie de communicationà franceinfo

L’opinion publique est de plus en plus exigeante et appelle facilement au boycott. La provoc sexiste ne fait pas vendre quand on sait que 40% des femmes ne s’identifient pas aux publicités. On attend désormais qu’Auchan produise des excuses car la stratégie a été pensée à des fins cyniques.

L’égalité est-elle prise en compte dans les services marketing ?

Oui, plus que jamais. Je vois arriver des marques qui sont confrontées à des réactions de consommateurs plus ou moins choqués par un mauvais mot. Le public français est prêt à rejeter des produits sans hésitation lorsqu’ils ne correspondent pas aux valeurs qu’il prône dans sa vie quotidienne.

Vous êtes à nouveau en ligne